Pour venir à Marmottan

facadePour toute personne concernée par des problèmes de produits licites ou illicites, ou d’addictions sans drogue.

L’hôpital Marmottan est situé au 17-19 rue d’Armaillé, 75017 Paris.
Métro : Charles de Gaulle Etoile
(sortie 5 : avenue Carnot)

Téléphone accueil-consultation d’addictologie : 01 56 68 70 30
Fax : 01 56 68 70 38
☎ En dehors des heures d’ouverture ou pour joindre spécifiquement l’unité d’hospitalisation : 01 56 68 70 24
(En revanche, pour toute demande d’hospitalisation, appelez le 01 56 68 70 30)
Pour joindre spécifiquement la médecine générale : 01 56 68 70 27

Pour organiser au mieux votre première venue, nous vous recommandons de prendre rdv par téléphone.

Le service d’accueil-consultation d’addictologie est ouvert au public les :
Lundi, mardi, mercredi, vendredi : de 11h à 19h
Jeudi : de 12h à 19h
Samedi : de 10h à 14h

/!\ Cet été :

  • la consultation sera fermée les samedis, du 07/07 au 01/09 inclus.
  • le mercredi 15 aout, jour férié, la consultation sera fermée.
  • la section « commentaires » du site sera désactivée du 25/06 au 27/08 (vous pouvez bien sûr poser toutes vos questions par téléphone au 01 56 68 56 30)

Les soins sont anonymes, volontaires et gratuits, conformément à la loi du 31 décembre 1970.

[pétition] Cannabis : L’amende ne changera rien, il faut réguler d’urgence !

NORML France (National Organization for the Reform of Marijuana Laws France) vient de lancer une pétition interpellant le président Macron afin que la question de la dépénalisation du cannabis en France soit posée.

NORML France est une association à but non lucratif, ouverte aux citoyens, aux professionnels et aux associations qui souhaitent une réforme des lois sur le chanvre (Cannabis sativa L.) et les autres stupéfiants, dans l’objectif de développer une politique rationnelle, juste et efficace en matière de lutte contre les abus de substances et les addictions.

Signer la pétition :

https://www.change.org/p/cannabis-monsieur-le-président-nous-ne-voulons-pas-payer-d-amende-nous-voulons-une-régulation

Lire la suite

Tableau des durées de positivité

Tableau_duree_positiviteDrogues Info Service propose un tableau présentant les durées de détection des principales substances psychoactives.

Ce tableau offre un panorama des durées moyennes de détection et des seuils retenus par la communauté scientifique pour les principales drogues et les traitements de substitution. Les durées de positivité indiquées ne sont que des indications permettant d’avoir des repères. Il n’existe aucun moyen de connaître précisément la durée de positivité d’une drogue car de nombreux facteurs peuvent la faire varier.

Pour en savoir plus, consultez le Tableau des durées de positivité

[radio] Opiacés, accro et à cran

La méthode Scientifique, émission de Nicolas Martin sur France Culture, a consacré son édition du 5 février aux opioïdes.

Qu’est-ce que les opioïdes ? Pourquoi les utilise-t-on sous forme de médicament ? Comment marchent les opioïdes ? Pourquoi sont-ils si addictifs ? Qu’est-ce que la “crise des opioïdes” aux Etats-Unis ? La même chose pourrait-elle arriver en France ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-lundi-5-fevrier-2018

Ciné-débat : « les années sida : regards croisés de soignants par-delà les générations »

Le mardi 16 janvier a eu lieu à l’espace Beaujon un ciné-débat sur le thème « les années sida : regards croisés de soignants par-delà les générations ».

Le film projeté était 120 battements par minutes, réalisé par Robin Campillo, écrit en collaboration avec Philippe Mangeot et produit par Hugues Charbonneau. Nous les remercions particulièrement d’avoir accepté cette projection-débat à titre gracieux. Ce film éclaire de façon quasi documentaire ce que fut l’épidémie du sida et la lutte d’Act Up, tout en développant une fiction sentimentale afin d’individualiser la tragédie.

La jeune génération de soignants des années 80 et 90 a dû s’adapter à une épidémie et a dû créer un nouveau savoir-faire médical et d’accompagnement. Cette période a été « baptisée » ultérieurement les années sida. Cette projection était donc l’occasion pour ceux qui ont milité activement lors de cette période de transmettre leur vécu aux plus jeunes membres de l’équipe soignante et de pouvoir débattre.

Le débat a été notamment mené par le Dr. Dominique Boubilley (médecin généraliste à l’hôpital Marmottan et qui fut l’une des fondatrices de la consultation de médecine générale), Tim Greacen (docteur en psychologie et directeur du laboratoire de recherche de l’Établissement public de santé Maison Blanche), François Berdougo (co-auteur du livre « La fin du sida est-elle possible ? »), et Sylvain Girault (chargé de programmation culturelle à l’espace Beaujon)

Nous tenons à rendre hommage au combat qu’ils ont mené et continuent de mener contre toutes discriminations liées à des pathologies chroniques, et pour un meilleur accès au soin pour la population que nous suivons à Marmottan, ainsi que d’avoir su transmettre à la jeune génération un soin digne de la « haute couture ».

Un immense merci à Hélène Delaquaize, médiatrice de santé à Marmottan et présidente de SOS hépatites Paris, fervente militante de la réduction des risques, qui a contribué à l’organisation de cette soirée.

[radio] France Culture « une odeur de poudre »

Dans le cadre de son émission « les pieds sur terre », France culture a dédié plusieurs émissions à l’usage de drogues.

Une odeur de poudre (2/3) : Les consommatrices
Comment et pourquoi on consomme de la C. Deux jeunes femmes racontent.
Réécouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/une-odeur-de-poudre-23-les-consommatrices

Une odeur de poudre (3/3) : Il n’y a pas que la coke dans la vie
Kétamine, 3MMC, méphédrone, le XXIème siècle carbure avec de nouvelles drogues. Deux consommateurs racontent ce qu’elles ont de nouveau… ou pas.
Réécouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/une-odeur-de-poudre-33-il-ny-a-pas-que-la-coke-dans-la-vie

ADDICTION à l’œuvre

ADDICTION à l’œuvre,
une histoire de cinéma qui s’accorde aux autres arts de 1895 à 2019.
3e partie, dans toute la France, du 8 novembre 2017 au 10 février 2018
Des cinémas indépendants, des cinémathèques, des institutions ont été sollicités pour programmer des films de leurs choix, liés au sujet.
En parallèle, des artistes, des conservateurs, des programmateurs de musées on été invités à réfléchir à leur passion sous l’angle de l’addiction à la représentation de l’œuvre.
Enfin, des philosophes, des psychanalystes, des psychiatres, des sociologues, des addictologues, des laboratoires… ont été conviés à travailler ensemble autour de ce sujet tabou qui concerne pourtant tous les citoyens.

Hommage à Jean-Pierre Lhomme

Cher Jean-Pierre,

C’est avec un profond chagrin que nous avons appris la nouvelle de ta disparition le mardi 15 août 2017. Ton engagement de longue date et tes multiples activités en médecine de ville, à Médecins du monde, à l’association Gaïa et à Marmottan ont considérablement contribué au développement de la réduction des risques en France. Sans toi, le paysage français des soins et de la politique en matière de toxicomanie et d’addiction ne serait assurément pas le même. Tu fus à l’initiative d’un des premiers réseaux de médecins généralistes s’impliquant dans la prise en charge des personnes précaires, le réseau rive gauche. Avec l’association Médecins du Monde, tu as initié aussi le premier bus d’échanges de seringues en 1986, puis le premier « bus méthadone » en 1998, proposant ainsi un accès facilité aux traitements de substitution aux opiacés à des populations marginales et précaires, à une époque où le développement des traitements de substitution était encore balbutiant.

L’année 2017 a vu l’aboutissement de certains de tes nombreux combats :

-) l’ouverture à Paris de la salle de consommation à moindre risque,

-) la possibilité d’utiliser la Naloxone comme outil de réduction des risques.

Tu n’as jamais cessé d’être l’un des penseurs principaux et acteurs passionnés de la réduction des risques et des dommages à tous les niveaux, de l’usage simple à l’addiction, et pour tous, de l’usager récréatif inséré aux plus précaires.

Nous serons nombreux à nous souvenir de ton admirable engagement auprès des patients et de l’équipe de l’unité de Médecine Générale de l’hôpital Marmottan, où tu as exercé pendant 25 ans. Tu resteras ce médecin très humain, au style direct et assertif, qui parvenait à accompagner des patients plongés dans l’isolement et le désespoir. Tu savais rassurer ceux qui ont tant de difficultés à se soigner. Tu savais toujours leur offrir, avec un profond respect, la possibilité de choisir les modalités de soins et prenais le temps d’expliquer à chacun risques et bénéfices.

Tu as également contribué à faire évoluer les pratiques et les représentations du soin au sein d’une institution comme Marmottan, en questionnant les positions théoriques établies, en nous faisant profiter de tes talents de pédagogue et en expérimentant de nouvelles approches au cas par cas.

La mise à disposition de matériel de réduction des risques (seringues, filtres, pipes à crack…), l’utilisation d’une substitution souple et adaptée à chacun, le suivi et l’accompagnement des traitements HIV et Hépatite C au sein de la médecine générale sont autant de pratiques que tu as initiées ou soutenues.

Pour tout ceci, Jean Pierre, nous garderons un précieux souvenir de ces années passées à tes côtés.

L’équipe du centre médical Marmottan

Août 2017

Texte à paraitre dans la revue Psychotropes, consacré à la réduction des risques (n°2, octobre 2017)

 

Chemsex : Aides met en place un numéro d’urgence

Suite à plusieurs cas de décès liés à l’usage de drogue dans un contexte sexuel, AIDES a décidé de mettre en place un réseau national d’entraide communautaire pour les usagers de Chemsex, leurs proches, leurs partenaires.

Ces trois plateformes (Facebook, WhatsApp et ligne téléphonique) sont destinés à gérer les situations qui requièrent une prise en charge immédiate: sur-dosage, surconsommation, état de mal-être physique ou psychologique (bad trip, angoisse, descente), prise de risques, modification et altération du comportement préventif, sentiment d’isolement, interactions entre les produits psychoactifs et les traitements à VIH, conséquences délétères de la consommation sur la santé, l’environnement familial, social et professionnel, etc.

Les 3 millitants écoutants sont des acteurs communautaires formés à l’écoute dans le respect de l’anonymat, la confidentialité et le non-jugement des pratiques d’usages de produits ou sexuelles.

Plus d’infos : http://vih.org/20170616/chemsex-aides-met-en-place-numero-durgence/139397

Atelier d’écriture à Marmottan

Nouveau à Marmottan : l’écrivain Pascale Roze animera tous les vendredi, à partir de 12h, un atelier d’écriture. Cet atelier est ouvert aux personnes suivies à Marmottan. On y cherchera les mots, les phrases qui disent nos désirs, nos peurs, nos rêves, et on fera travailler son imagination. Rendez-vous à l’accueil, tous les vendredis à midi.