Pour venir à Marmottan

facadePour toute personne concernée par des problèmes de produits licites ou illicites, ou d’addictions sans drogue.

L’hôpital Marmottan est situé au 17-19 rue d’Armaillé, 75017 Paris.
Téléphone : 01 56 68 70 30 – Fax : 01 56 68 70 38
Métro : Charles de Gaulle Etoile
(sortie 5 : avenue Carnot)

L’accueil est ouvert au public les :
Lundi, mardi, mercredi, vendredi : de 11h à 19h
Jeudi : de 12h à 19h
Samedi : de 10h à 14h (attention, fermeture le samedi en juillet – août)

Jours fériés : les 14 juillet et 15 aout, l’accueil et la médecine générale seront fermés.

Attention, du 14 juillet au 15 août inclus, la fonction « commentaires » du site est désactivée. N’hésitez pas à nous appeler pour poser toutes vos questions : 01 56 68 70 30

Pour les nouveaux patients, nous vous conseillons de prendre rendez-vous auprès du secrétariat au 01 56 68 70 30.

Les soins sont anonymes, volontaires et gratuits, conformément à la loi du 31 décembre 1970.

Atelier d’écriture à Marmottan

Nouveau à Marmottan : l’écrivain Pascale Roze animera tous les vendredi, à partir de 12h, un atelier d’écriture. Cet atelier est ouvert aux personnes suivies à Marmottan. On y cherchera les mots, les phrases qui disent nos désirs, nos peurs, nos rêves, et on fera travailler son imagination. Rendez-vous à l’accueil, tous les vendredis à midi.

recrutement : secrétaire médicale (temps plein)

Site : Centre Médical Marmottan,
17/19 Rue d’ARMAILLE 75017 PARIS
Accès : Métro Charles de Gaulle Etoile ou Argentine,
RER A Charles de Gaulle Etoile

POSTE DE SECRETAIRE MEDICALE TEMPS PLEIN au Centre médical Marmottan

CDD transformable en CDI

Statut : Fonction publique hospitalière

Médecin Chef de Pôle : Dr. M.BLAISE
Cadre Socio-éducatif : M. SELLERET

Le centre médical Marmottan reçoit toute personne concernée par des problèmes de produits licites ou illicites, ou d’addictions sans drogue.

Personne à contacter :
M. SELLERET
Tél. 01 56 68 70 30
Courriel : p.selleret@gpspv.fr

Modalités de recrutement:
CV et lettre de motivation, avant rendez-vous.

 Pré requis :   Diplôme d’Assistante Médico-Administrative ou secrétaire médicale

Poste libre : Aout 2017         

Activités principales :

  • Traitement des certificats médicaux et documents médico-légaux
  • Saisie des infirmations dans les dossiers
  • Gestion du courrier
  • Renseignement des statistiques en lien avec le DIM
  • Prise de note et de compte rendu de réunions
  • Secrétariat des équipes médicales, soignantes et sociales
  • Traitements des informations : réception, transmission, organisation
  • Gestion des fournitures de bureau
  • Participation aux démarches qualités de l’établissement
  • Participation aux groupes de travail de l’établissement

Compétences requises :

  • Connaissance de l’outil informatique
  • Maitrise des logiciels (WORD, EXCEL, etc.)
  • Maitrise de la messagerie et d’internet
  • Travail sur logiciels spécifiques : PROGEDIS
  • Savoir prendre des notes et synthétiser l’information
  • Connaissances des organisations en bureautique et organisation du travail

Qualités requises :

  • Capacité à travailler en équipe
  • Capacité de restitution, de réflexion, d’élaboration et de remise en question de sa pratique
  • Capacité de création et d’innovation
  • Capacité d’écoute et d’observation
  • Maitrise de soi et responsabilité
  • Respect du patient et de son entourage
  • Respect du secret professionnel
  • Capacité à réagir et à s’adapter en situation difficile face à un patient
  • Capacité d’anticipation
  • Qualités relationnelles et sens de la communication.

Asud : appel à soutien

L’association ASUD (Auto-Support des Usagers de Drogues) lance un appel à soutien afin de pouvoir réaliser le 60ème numéro de son journal intitulé ASUD journal.

Pour les soutenir, vous pouvez :

– faire un don pour le financement du 60ème numéro

– vous abonner au journal d’ASUD

– relayer l’information auprès de vos contacts

Plus d’informations :  http://www.asud.org/2017/02/17/asud-a-besoin-de-vous/

Techno+ perquisitionné et saisi. Communiqué du 10/12/16

Suite à l’opération policière dont l’association Techno + a fait l’objet le mercredi 30 novembre dernier, et afin d’informer tous ces partenaires et membres, l’association a fourni le communiqué de presse ci-dessous.

Techno+ perquisitionné et saisi. Que penser ?

Communiqué du 9 décembre 2016 à 13h00
« Depuis le semaine dernière vous êtes nombreux à vouloir en savoir plus sur les suites de l’opération policière à notre encontre le mercredi 30 novembre. Nous aussi nous aimerions bien en savoir plus mais en attendant voilà ce que nous aimerions vous dire : (…) »

Télécharger le communiqué de presse de Techno plus

[culture] “Addiction à l’œuvre”, une histoire du cinéma de 1895 à 2019

Le festival “ADDICTION à l’oeuvre” se propose de penser l’addiction dans toutes ses dimensions à travers le prisme du cinéma. Il court jusqu’au 22 décembre prochain dans plusieurs salles parisiennes, et amorce une réflexion au long cours sur la manière dont le cinéma a pu réfléchir et représenter l’addiction. En plus d’une large sélection de films, mélangeant les genres et ouvrant de nouveaux horizons cinématographiques, le festival se décline en conférences, lectures, performances, publications, expositions…

Des films sur l’addiction

Parmi les films projetés, on retrouve notamment Spring Breakers d’Harmony Korine, Le festin nu de David Cronenberg, L’histoire d’Adèle H de François Truffaut, La baie des anges de Jacques Demy, M le maudit de Fritz Lang, Frenzy d’Alfred Hitchcock… Autant de films revisitant à leur manière l’un ou l’autre aspect de l’addiction.

Téléchargez le programme complet

L’observatoire des usagers

L’observatoire des usagers (ODU) a été mis en place par ASUD pour représenter au niveau national les patients accueillis dans les structures de soins et, le cas échéant, pouvoir porter leurs intérêts en tant que personne morale.

Sur le site de l’ODU, les usagers peuvent formuler le type de problème rencontré lors de leur prise en charge. Il s’agit d’organiser la remontée de ces informations au bénéfice d’une optimisation de la prise en charge.

Ce projet n’est pas un outil de résolution des problèmes, mais a pour vocation de les dénoncer et d’éviter qu’ils se reproduisent. L’objet est de permettre à la société civile de faire respecter ses droits.

Ce projet « ODU » à deux fonctions :

Lire la suite

Ouverture de la salle de consommation à moindre risque lundi 17 octobre

Marmottan s’associe à la satisfaction d’Elisabeth Avril et de l’équipe de la salle de consommation supervisée : l’ouverture de cette salle est en effet un moment important. Nous continuerons à travailler avec l’équipe de Gaïa, en souhaitant que ce symbole fort soit suivi d’autres créations nécessaires au niveau national, pour une réduction des risques et des dommages plus efficace.

La salle, gérée par l’association Gaïa, située rue Ambroise-Paré, sera ouverte de 13 h 30 à 20 h 30, 7 jours sur 7, à partir du lundi 17 octobre.

Les différents objectifs de la salle visent prioritairement à améliorer la santé des usagers injecteurs de drogues en réduisant les risques associés à l’injection de drogues tels que les risques de contaminations au VIH et VHC ou les surdoses mortelles. Les responsables de la salle sont des professionnels médico-sociaux travaillant depuis de nombreuses années avec une population d’usagers en situation de grande précarité. La salle a également vocation à établir un lien de confiance avec les usagers de drogues pour les aider à entrer dans une démarche d’insertion sociale.

Les expérimentations menées dans d’autres pays ont abouti à des résultats positifs tant en matière de santé que d’ordre public. Il existe maintenant plus de 90 salles dans le monde.

Soigner les drogués, du sevrage aux salles de shoot, de Sylvie Geismar Wieviorka : une réflexion salubre

Dans le contexte de l’ouverture de la salle de consommation à moindre risque, nous revenons sur la parution récente d’un ouvrage, « Soigner les drogués, du sevrage aux salles de shoot »

La loi de 1970 qui permet de punir d’un an de prison le simple usage de stupéfiants commence à paraître vraiment archaïque, au point que bon nombre d’usagers – particulièrement chez les millions de jeunes consommateurs récréatifs de cannabis – ignorent jusqu’à son existence. Il est d’ailleurs souvent dit qu’elle n’est pas appliquée, sinon sous forme d’injonction thérapeutique, ou de rappel à la loi… Lire la suite