Produits licites et illicites

L’hôpital Marmottan accueille toute personne qui présente des problèmes de dépendance, ainsi que son entourage.

cannabisheroinecocainecrackEcstasyamphetsLSD

ketaminechampiPoppersghb

Produits pris en charge

En ce qui concerne l’alcool, il n’est pris en charge à Marmottan que s’il s’agit d’une co-dépendance à un produit illicite.

*Concernant les médicaments psychotropes, nous ne prenons en charge que les cas de mésusages et d’addiction. Pour arrêter ou diminuer les médicaments prescrits par votre médecin, pris dans le cadre d’un traitement, il est important de voir d’abord la question avec le médecin prescripteur.

Actions proposées

  • Consultations individuelles
  • Accueil, information
  • Orientation
  • Suivi ambulatoire
  • Prescriptions
  • Psychothérapie
  • Traitements de substitution

Modalités

  • Consultations gratuites, sur rendez-vous, par les membres d’une équipe pluridisciplinaire (médecins, psychologues assistante sociale)
  • Psychothérapies
  • Traitements médicamenteux
  • Suivi social
  • Suivi éducatif

Ressources complémentaires en ligne :

29 réflexions au sujet de « Produits licites et illicites »

  1. Bonjour
    J’ai 45 ans et je suis totalement addict à la prontalgine. J’ai une ordonnance qui était justifiée mais que je réussie à faire renouveller depuis 2007! et je suis désemparée car cela ne me fait quasiment plus d’effet et j’augmente constamment les doses. Quand je n’en ai plus je suis très mal. Ma famille s’inquiète et je me cache derrière le fait qu’ayant été opérée d’un bypass il y a 11 ans je n’ai pas le droit aux anti-inflammatoires ou autres antidouleurs plus léger.
    J’ai peur pour mes organes, mes finances (ce n’est plus remboursé) et j’ai la nette impression que la codeine me rend irritable et agressive verbalement puis soudainement amorphe et aphasique. Ma prescription est de 8 par jour mais je dépasse souvent en en prenant 10 par jour. Je ne rends plus compte.
    Aidez-vous au sevrage ? Ma fille ne sera pas là en août et j’aimerais en profiter pour une hospitalisation de courte durée. J’ai besoin d’aide. Faites vous cela?
    Merci pour votre retour. J’ai peur.
    Sincèrement

    • Bonjour,
      Nous conseillons en général d’en parler au médecin qui prescrit le médicament. L’idée serait de lui parler, comme vous le faites ici, de vos craintes et de votre désir de sevrage. Ensuite, de réfléchir à la meilleure façon de faire : via un sevrage ou par un traitement de substitution, par exemple. Il faudrait sans doute prendre aussi contact avec un centre anti-douleur pour vous aider. Pouvez-vous en discuter avec votre médecin ? Vous pouvez aussi dire au médecin qu’il nous appelle, seul ou avec vous, pour en discuter ?
      Bien à vous

  2. Bonjour, Mon mari souffre d’addiction aux drogues (cocaine,crack…)il est entrain de mourir tout les jours .j’ai essayé de l’aider mais j ai pas pu faire grand chose toute seule .il est entrain de détruire toute la famille . On attend un bébé pour bientôt je veux bien lui trouvé une solution avant que son enfant sort en vie .
    S’il vous plaît aidez nous

    • Bonjour,
      Pourrait-il nous appeler et demander une hospitalisation pour ses consommations ? Ou peut-être pouvez-vous appeler ensemble ? Le numéro est 01 56 68 70 30.
      Bien à vous,
      L’équipe

  3. Bonjour, j’a 58 ans et suis dépendante aux benzodiazepines depuis mon adolescence. Je suis en analyse depuis 8ans, je suis suivie au CMP par un psychiatre. J’essaye de diminuer, mais seule c’est trop difficile. J’ai peur d’un sevrage trop brutal.. Je prends également des antidépresseurs depuis longtemps. Comment pouvez vous m’aider ? Cordialement
    Cécile

    • Bonjour,
      Nous conseillons généralement de commencer par vous rapprocher du psychiatre qui prescrit les traitements. Lui avez-vous parlé de votre désir d’arrêter les benzodiazépines ? Il pourra réaliser une balance bénéfices / risques avec vous, et ensuite vous orienter vers une clinique pour réaliser ce sevrage.
      A Marmottan, nous avons peu de places disponibles, surtout actuellement malheureusement, et par conséquent nous priorisons les demandes de sevrages pour les produits illicites (héroïnes, crack, cocaïne, cathinones, etc.)
      Bien cordialement,
      AW

  4. Bonjour,
    votre site ne mentionne pas l’orobupré …
    D’après vous, est-ce un traitement anodin ( par exemple à la dose 2 mg/ jour ) qui peut être pris sur plusieurs années sans effets secondaires gênants ?
    ou bien est-ce un traitement de substitution provisoire – pour quelques mois – et qui doit ensuite être diminué puis arrêté ?

    • Bonjour,
      En effet, nous n’avons pas d’orobupré dans la pharmacie de Marmottan. Cependant, on peut faire des ordonnances pour que la personne aille chercher l’orobupré directement en pharmacie en ville.
      C’est difficile de vous faire une réponse tranchée sur l’orobupré. En fait, tout dépend de votre situation et de là où vous en êtes. On peut en tout cas l’utiliser au long court, comme sur une période plus brève. C’est un traitement bien connu depuis plusieurs années, avec peu d’effets secondaires,
      Bien à vous,
      AW

    • Bonjour,
      En général, nous le prenons en charge lorsque la consommation d’alcool est cumulée à celle d’un produit illicite. Cela nécessite d’évaluer la situation de façon pointue, car le sevrage alcoolique peut nécessiter un plateau technique dont nous ne disposons pas à Marmottan.
      Bien cordialement

  5. Bonjour
    Je souhaiterais vous rencontrer car je souffre d’une addiction ponctuelle a la cocaine et a l’alcool. Je m’explique: je ne consomme pas ces produits tous les jours, mais lorsque l’on m’en propose, je n’ai plus de limites, je mens et je m’endette et je souhaite arreter definitivement.
    Pourriez vous m’aider ?

    • Bonjour,
      Nous pouvons tout à fait faire un bilan ensemble. Appelez-nous pour prendre date d’un rdv d’évaluation au 01 56 68 70 30,
      Bien à vous,
      L’équipe

  6. Bonjour je suis Addict au somnifère depuis maintenant 10ans je voudrais arrêter je n’arrive plus à dormir sans j’en souffre énormément j’ai bien essayé d’arrêter seul mais je n’est pas réussi j’ai trouvé votre site sur internet par hasard. svp avez-vous une solution ??pour me libérer de ma souffrance .je voudrais redevenir la personne que j’étais avant

    • Bonjour,
      Nous ne sommes des spécialistes du sommeil, mais en effet, à la lecture de ce que vous écrivez, consulter l’avis d’un professionnel semble adapté. Bien sûr, cela prend du temps et hélas, il n’existe pas de traitement miracle, mais l’accompagnement d’un psychiatre en libéral, par exemple, pourrait être pertinent. Il pourrait ainsi voir avec vous le contexte de la prise des somnifères, si vous prenez d’autres traitements, etc. Si après ces étapes, vous avez encore des difficultés d’endormissement, il existe également des centres spécialisés dans ces troubles, comme le centre du sommeil et de la vigilance de l’hôtel dieu à Paris par exemple. Mais peut-être pouvez-vous commencer par demander un avis médical à un psychiatre ayant des connaissance en troubles du sommeil ou addictologie, près de chez vous ?
      Bien à vous,
      l’équipe

  7. bonjour,j ai un problème de dépendances a certain médicaments,et suis un gros fumeur de cannabis,je suis mariés avec deux enfants en bas age,pour arrêter seul cela m est très difficile,j aimerais faire un sevrage chez vous,j aimerais savoir si le manque est bien traité,c est ce qui me fait le plus peur,au niveau de la motivation,j ai vraiment envie d arrêter,qu en pensait vous,merci.

    • Bonjour,
      Nous mettons tout en oeuvre pour que votre sevrage se passe le mieux possible.
      Nous adaptons les traitements pour vous aider à arrêter les produits sans éprouver des symptômes de sevrages trop pénibles.
      Vous pouvez nous appeler pour prendre rdv au 01 56 68 70 30.
      En revanche, il y aura de l’attente malheureusement actuellement, donc s’il vous plait appelez nous rapidement,
      Bien cordialement,
      l’équipe

  8. Bonjour,
    j’ai 17 ans, je suis en terminale et je pense être dépendante du cannabis, j’en fume tous les jours depuis plus d’un an
    Le problème est que maintenant j’ai un effet de manque, je mange pas, je dors pas, je suis sur le nerfs lorsque je ne fume pas pendant 1 jour
    J’aimerais arrêter, mais seule c’est vraiment très compliqué, avec les tentations de la vie quotidienne
    Pensez vous pouvoir m’aider ?
    Merci d’avance

  9. Bonsoir,
    Je suis polydépendante depuis plusieurs années et plus particulièrement dépendante à la cocaïne depuis 4 ans. L’éventualité d’un trouble déficitaire de l’attention a été évoqué plusieurs fois par divers addictologues, mais sans suite médicamenteuse jusqu’alors. Existe-t’il des traitements efficaces contre l’addiction à la cocaïne et le TDAH?
    En vous remerciant,
    Cordialement

    • Bonjour,
      Nous prenons contact avec vous par mail pour vous proposer les coordonnées d’une médecin spécialiste de la question,
      Bien cordialement,
      L’équipe

  10. Bonjour,
    Je suis traité à la métadone et consomme en plus du crack depuis plusieurs mois . Je suis devenu l’ombre de moi même, et souhaite arrêter tout cela? J’ai 22 ans.
    Proposez-vous des cures de désintoxication ? Quel est le délai pour avoir une place ?
    J’ai besoin de m’en sortir.
    Merci de votre réponse

    • Bonjour,
      Effectivement, vous pourriez rencontrer quelqu’un de l’équipe pour faire un premier bilan et discuter.
      Nous proposons bien des sevrages en hospitalisation et du suivi.
      Pouvez-vous s’il vous plait appeler le secrétariat au 01 56 68 70 30 ? Ils vont vous donner un rendez-vous.
      Bon courage,
      Bien cordialement,
      l’équipe

  11. Bonjour,
    J’ai un ami qui souffre d’addiction aux médicaments depuis plusieurs années il a essayé d’arrêter plusieurs fois mais cela n’a pas marché. Il a décider de demander de l’aide en clinique où en hôpital mais ne sachant pas trop vers où se renseigner. Je suis tombé sur votre site et j’aimerai avoir plus d’information et votre aide sachant que sa famille s’inquiète vraiment pour lui

    • Bonjour,
      L’hôpital Marmottan prend en effet en charge l’addiction aux médicaments (psychotropes), donc n’hésitez pas à lui transmettre le numéro du secrétariat 01 56 68 70 30 ou l’adresse : 17 rue d’armaillé, 75017 Paris.
      Les consultations sont anonymes et gratuites. L’hospitalisation également.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  12. Bonjour,

    Mon conjoint est alcoolique et dépressif depuis quelques années, il a essayé d’arrêter à quelques reprises mais il est toujours retomber dans son addiction, est-il possible d’avoir quelques informations sur vos méthodes?
    Merci pour votre retour,

    • Bonjour,

      Vous avez pu avoir un aperçu de ce que nous proposons en visitant le site internet, et c’est vrai qu’il est difficile de décrire davantage ce que l’ont fait via un simple message. Les méthodes appliquées sont complètement personnalisées en fonction de la demande du patient. Vous pouvez venir à la consultation « famille et entourage », si vous en avez envie ? Comme cela vous pourriez nous expliquer plus en détails et être conseillée plus efficacement que par simple écrit, par un membre de l’équipe ? Cette consultation est anonyme et gratuite (rendez-vous au 01 56 68 70 30).

      Bien cordialement,
      L’Equipe de Marmottan

  13. Bonjour,
    Mon mari souffre d’addiction aux médicaments (tramadol, codéine …) depuis plusieurs années. Il a baissé sa consommation depuis quelques mois mais n’arrive pas à arrêter completement et cela devient très envahissant dans sa vie quotidienne et celle de notre famille. Prenez vous en charge ce type de pathologie et si oui comment? En sachant que nous habitons en province…
    Je vous remercie par avance pour votre réponse,
    Cordialement

    • Bonjour,
      Oui, cela entre dans notre champ de compétences. Je prends contact avec vous par mail.
      Bien cordialement,
      AW
      pour l’équipe de Marmottan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *