Consultations

copy-17.jpg
Télécharger le livret d’accueil
détaillant votre prise en charge.

Le Centre Médical Marmottan a été créé par le Professeur Claude Olievenstein en 1971, puis dirigé par le Dr Marc Valleur depuis avril 2000 jusqu’en septembre 2014. Il est aujourd’hui dirigé par le Dr. Mario Blaise. Il s’agit d’une structure publique de soins pour toxicomanes.

Il est ouvert à toute personne concernée par des problèmes d’usage de produits licites ou illicites ou d’autres formes de dépendance.

L’intervention en toxicomanie suppose avant tout la prise en compte du toxicomane en tant que personne. Elle est fondée sur la notion d’accueil sans condition préalable et d’accompagnement au long cours sur le plan psychothérapeutique, pharmacologique, médical et social. Le volontariat, l’anonymat et la gratuité des soins sont inscrits dans la loi de 1970 qui régit cette intervention.

Le but du suivi n’est pas obligatoirement l’abstinence, mais l’apprentissage de la « démocratie psychique » : la faculté de faire des choix libres et surtout de ne pas remplacer la dépendance à un produit par la dépendance à une institution ou à un personnage charismatique.

Marmottan est structuré en quatre pôles :
L’équipe est composée de :
    • Accueillants
    • Secrétaires
    • Médecins psychiatres
    • Médecins généralistes
    • Cadres infirmiers, Infirmiers
    • Assistantes sociales
    • Psychologues
    • Médiateur de santé publique
    • Documentaliste
  • Intervenants divers (relaxologue, masseuse, musicien, graphiste)
Types d’addictions prises en charge :
  • Substances illicites ;
  • Substances licites : Benzodiazépines ou autres médicaments psychotropes*
  • Jeu pathologique ;
  • Jeux vidéo ;
  • Internet ;
  • Cyber-dépendances sexuelles ;
  • Addiction au sport ;
  • Addiction au travail

En ce qui concerne l’alcool, il n’est pris en charge à Marmottan que s’il s’agit d’une co-dépendance à un produit illicite.

*Concernant les médicaments psychotropes, nous ne prenons en charge que les cas de mésusages et d’addiction. Nous ne faisons pas de sevrage pour les médicaments pris dans le cadre d’un traitement et prescrits par votre médecin. Par exemple s’il s’agit de diminuer ou arrêter votre traitement anti-dépresseur, il faut voir la question avec votre médecin prescripteur.

Types de prises en charge :
  • Consultation spécialisée avec évaluation initiale et suivi thérapeutique ;
  • Prescription ;
  • Traitement de substitution ;
  • Hospitalisation spécialisée ;
  • Sevrages ;
  • Bilan social et somatique ;
  • Accueil de l’entourage ;
  • Informations ;
  • Orientations

Le Centre Médical Marmottan est est un Pôle de l’Établissement Public de Santé Maison Blanche, 6 – 10 rue Pierre Bayle 75020 Paris.

hôpital marmottan

hôpital marmottan, 17 rue d’armaillé, 75017 Paris

43 réflexions au sujet de « Consultations »

  1. Bonjour je voudrais savoir si vous proposez un accompagnement aux adolescents dépendent des jeux vidéo avec isolement social, problèmes de scolarité et agressivité.
    Merci

  2. Bonjour, je suis addict et je veux m’en sortir mais je n’y parvient pas. Je pense que cela créer ou augmente mes phases de bipolarité. Je cherche un centre, un parrain ou n’importe quoi pour m’aider.

    • Bonjour,
      Pouvez-vous appeler le secrétariat au 01 56 68 70 30 ? Vous pourrez ainsi discuter avec un membre de l’équipe.
      Si vous êtes loin de Paris, n’hésitez pas à nous le préciser afin que nous cherchions un centre de soin proche de votre domicile.
      Bien cordialement,
      L’équipe

  3. Bonsoir mon frère se drogue et bois j’aimerai l’aider il a touché le fond
    il a 42 ans et 2 enfants est ce que vous pouvez l’aider y a t il une solution merci pour votre aide on est désespéré. Cordialement

    • Bonjour,
      Est-ce que votre frère peut nous appeler au 01 56 68 70 30 ?
      S’il n’est pas proche de Paris, dites-moi je chercherai un centre dans sa région,
      Bien cordialement,
      L’équipe

  4. Bonjour,

    J’ai depuis quelques semaines augmenté significativement ma consommation de lyrica/pregabaline. Quand je tarde a reprendre les symptômes sont horribles, pires encore que ceux du sevrage opiacés. Je suis paniqué. Est-il possible de consulter ce lundi ?

    • Bonjour,
      Désolée, le centre était fermé ce lundi de pentecôte. Pouvez-vous nous appeler au 01 56 68 70 30 afin que nous trouvions ensemble la meilleure solution possible pour vous,
      Bien à vous,
      l’équipe

  5. Bonjour,
    Je ne sais pas si on peut parler d’addiction, mais disons que ces derniers temps je consomme pas mal de sucre dans toutes ces formes. Pas par choix, car c’est la seule chose qui calme mes maux de ventre et de tête. Quand je n’en prend pas je ne me sent pas bien j’ai des nausées et des migraines. Ne pas en avoir me rend très impatiente et stressé la situation s’empire de plus en plus.
    Peut on réellement être addicte au sucre?

    • Bonjour,
      C’est une question complexe. Selon la littérature scientifique, si l’existence de comportements de type addictif au sucre a été prouvée chez le rat, on ne peut parler d’une addiction au sucré chez l’être humain, en raison de la difficulté qu’il y a à reproduire les expériences menées sur l’animal chez lui. Aucune donnée scientifique n’existe validant l’idée d’une addiction au sucre chez l’homme.
      Cependant, des personnes peuvent se décrire effectivement comme “accros” au sucre et ne peuvent s’en passer.
      Manger des aliments sucrés remplit une fonction psychologique : ils peuvent être une source de réconfort. Ils peuvent alors être utilisés au quotidien pour compenser des difficultés existentielles, apaiser des angoisses, faire face au stress, pour pallier un manque ou éviter des pensées et émotions pénibles en s’octroyant de la douceur.
      A Marmottan, nous n’avons pas de consultations dédiées à ce type de prise en charge. Cependant, vous pouvez certainement vous tourner vers des consultations spécialistes des troubles des conduites alimentaires, comme celle de Sainte Anne :
      http://www.ch-sainte-anne.fr/Offres-de-soins/Psychiatrie/Psychiatrie-adulte/C.-M.-M.-E./Offre-de-soins/troubles-du-comportement-alimentaire
      ou celle de Paul Brousse :
      https://www.aphp.fr/service/uf-016-096
      Bien à vous

  6. Bonjour,

    Je vis avec une personne addict au sexe.
    J’ai besoin de mon côté d’aide pour surmonter cette situation.
    Votre structure peut elle m’accompagner ?
    Si ce n’est pas le cas, y a t il des structures dans la Somme ou dans l’Oise ?
    Merci par avance de votre aide.

    • Bonjour,
      Nous avons à l’hôpital Marmottan une consultation dédiée à l’entourage. En revanche, nous ne faisons pas de suivi. Peut-être pouvez-vous déjà essayer de voir dans une structure plus proche de chez vous s’ils proposent du soutien familial pour l’addiction au sexe ?
      Je vous envoie par mail une liste de structures dans la Somme et l’Oise.
      Bien à vous,
      AW pour l’équipe

  7. Bonjour,
    Savez vous si il existe des addictologues qui soigne l addict a la pornographie en Seine et Marne, j habite vers Coulommiers et votre hôpital reste éloigné pour entamer une thérapie ?

  8. je suis la maman d’un heroinomane de 30 ans et je suis encore etonnée apres encore apres 1 cure de desintox (surrealiste!) et puis une 2 ieme ecourtée et, ou mon fils est ressorti , pour se precipiter chez un fournisseur de’ heroine, !un suivi habitulel chez son addictologue , avec son medecin traitant bienveillant qui n’a pu lui proposer que de calmer ses manques par de la methadone ! Alors il alterne!. En famille , nous nous débattons souvent et faisons face toujours ou presque ! Que dire de lui, il combat ,valeureux, tiraillé et si lucide sur son etat d’addict ! Que des points d’exclamations ! ça resume bien notre vie je crois !

    • Bonjour,
      Nous comprenons tout à fait la difficulté de la situation que vous vivez. Aider et soutenir quelqu’un en prise avec l’héroïne est difficile, le parcours est souvent émaillé de nombreuses rechutes. C’est une très bonne chose que votre fils soit suivi et il est important de poursuivre le suivi. Peut-être vous aussi auriez-vous besoin d’un espace afin de faire part de vos émotions et de ce que vous traversez. Nous organisons une consultation pour les familles le mercredi après-midi si vous voulez (sur rdv au 01 56 68 70 30)
      Courage à vous et votre fils,
      Bien cordialement,
      AW pour l’équipe

    • L’addiction est aussi chez nous. Et de mon expérience il ne faut pas forcément se contenter d’un approche. Essaye plein d’hôpitaux et nombreuses associations spécialisées. Des approches se diffèrent. Si tout n’a pas marché jusqu’ici, ça se peut d’autre chose va marcher. Et nous(la famille) avons besoin de travailler sur nous-mêmes ..même si celui avec l’addiction ne fait pas!!
      Online recherche facilitent bcp cette tâche. Cherchez! Il y NA, Vie Libre, kCroix Bleu. Il faut s’occuper de toi-même régulièrement mais il ne faut pas abandonner notre famille/amis en addiction. C’est un combat à longue haleine..qu’on gagnera ou perdra.
      Il faudrait aussi accepter cela malgré la douleur cela génère…à travers méditation/prière. Et aimer ton fils/fille/mari ect..pour ce qu’il EST pas ce que tu souhaite.

  9. Bonjour,
    cela fais 2 ans que je suis addict au tramadol. ma consommation n’a cessé d’augmenté ces derniers jour pour en arriver à 4 boite par jour. là, depuis 2 jour je me suis mis psychologiquement des limites et je suis arrivé à 2 boites par jour. je veux arreter car je sens que je ne suis plus moi même. j’ai des pertes de mémoire fulgurante et des absences à certains moment. jai besoin d’aide mis je ne veux pas aller jusqu’à l’hospitalisation car je travaille actuellement.

    • Bonjour,
      Oui, il est tout à fait possible d’être suivi en « ambulatoire », c’est-à-dire via des consultations sur rdv, sans faire d’hospitalisation.
      Pouvez-vous nous appeler afin de fixer un premier rdv d’accueil ? On fera le point avec vous pour voir comment s’organiser,
      Le numéro : 01 56 68 70 30
      Bien à vous,
      L’équipe

  10. Bonjour j’ai 26 ans cela fait plusieurs annees que je suis addict au cannabis, j’en fume tous les jours je n’arrive pas du tout a arrêter pourtant j’en ai vraiment envie mais je ne trouve pas d aide dans mon entourage et avec le cannabis j’ai perdu beaucoup de poids et de confiance en moi, pouvez vous m aidez svp j’aimerais vraiment m’en débarrasser

    • Bonjour,
      Si vous êtes proche de Marmottan, n’hésitez pas à prendre rdv pour venir rencontrer un membre de l’équipe et mettre en place un suivi. Mais peut-être y a-t-il un lieu plus proche de chez vous ? Je vous contacte par mail pour qu’on puisse regarder ensemble.
      Bien cordialement,
      AW pour l’équipe

  11. Bonjour, je suis addict a la cocaïne. Je cherche un centre fermé pour sortir de l’enfer des rechutes constantes et comprendre les tenants de ces rechutes. Comment se décide une éventuel hospitalisation ? Merci

    • Bonjour,
      Nous préparons l’hospitalisation ensemble. C’est-à-dire que nous allons d’abord faire un premier bilan ensemble et si effectivement, l’hospitalisation est la meilleure indication et Marmottan un centre pertinent, adapté à votre demande, vous serez présenté à un médecin et à un infirmer qui vous expliqueront très précisément le déroulé de l’hospitalisation. Le séjour en lui-même est assez court (une dizaine de jours), car effectivement, c’est un centre fermé (sans sortie ni visite). Ensuite, bien entendu, on continue le suivi avec vous, on continue de se voir pour consolider cette étape et vous accompagner. Tout est anonyme et gratuit. Le téléphone pour prendre rdv : 01 56 68 70 30. Quand vous téléphonez, précisez d’emblée que vous souhaitez une hospitalisation.
      Bien à vous,
      L’équipe

    • Bonjour,
      Nous recevons en effet des personnes addicts à la pornographie. Le suivi est ambulatoire, c’est-à-dire qu’il s’agit de rendez-vous réguliers avec une psychologue, à Marmottan, dans le 17eme arrondissement de Paris. Il faudrait que vous nous appeliez s’il vous plaît afin de convenir d’un premier rdv où l’on pourrait faire un bilan avec vous.
      Le numéro est : 01 56 68 70 30.
      Bien à vous,
      L’équipe

  12. Je me « drogue » à la Nautamine. Je peux ne pas en prendre pdt qq jours voire qq semaines mais j’y reviens tjs.
    Je veux m’arrêter. Seule, je n’y arrive pas.

  13. Bonjour,
    je suis un ancien toxicomane sous traitement subutex , accro au zolpidem. Pouvez-vous m’aider?
    Merci d’une réponse de votre part.
    Cordialement

    • Bonjour,
      Oui, nous proposons des sevrages dans les cas d’addiction au zolpidem. Vous pouvez nous appeler au 01 56 68 70 30 pour prendre rdv (attention, il y a pas mal d’attente en ce moment)
      Bien cordialement,
      L’équipe

  14. Anonyme fille
    bonsoir. Je voudrais tout simplement vous remercier tous autant que vous êtes . C est vrai comme une publication dit. On peut tutoyer. SURTOUT GARDER L ANONIMA. On peut faire des erreurs ,voir de la mechanceter bon faut pas abuser mais quand les mots se libere grace a des géniales ou geniaux infirmiers ,addictologue tout se comprend. Pour ma part jai fait pas mal de csapa, de hdj ,dhopitaux specialisés en toxicomanie, une post cure , je n ai JAMAIS tenue. Pour la 1ere fois de ma vie j y tiens a se centre. Il nous soigne voir plus.Jai pas encor confiance en moi maîs MERCI du fond du coeur et aux anciens

  15. Bonjour,

    je voulais tout simplement vous dire…… »Merci d’exister », d’une part, mais qui plus est, sous la « forme » que vous avez choisis de le faire. J’entends par là, cette manière qu’il y a de pouvoir tutoyer son médecin. Si on me donnait les « pleins pouvoirs », je pense que je changerait quelques « petits choses », mais je vous rassure, c’est de l’ordre du « détail ». Merci de ne pas ressembler a ces « structures rigides » où le consommateur est un peu traité « comme un singe de l’espace ». Sachez que je vous dois beaucoup, même si je me dois énormément.

  16. Bonjour,

    Une personne de mon entourage qui a en charge un enfant en bas âge boit beaucoup et quotidiennement. Cela s’est accentué ces derniers temps. C’est une personne qui est par ailleurs sous subutex et qui fume des joints régulièrement. Peut elle venir vous voir ?
    Son compagnon est lui-même un ancien toxicomane encore sous traitements : peuvent ils venir ensemble ?

    Merci pour vos réponses.
    Bien cordialement

    • Bonjour,

      En effet, elle peut prendre rendez-vous au secrétariat au 01 56 68 70 30 pour un premier entretien avec un accueillant, afin de faire un bilan de sa situation et de ses consommations, et voir si nous pouvons la suivre. En revanche, si elle est suivie à Marmottan, nous ne pourrons pas suivre également son compagnon (mais nous pouvons proposer une adresse d’un autre centre au besoin).
      Par ailleurs, je vous informe que, compte-tenu de la situation que vous décrivez, il existe à Paris une association qui a pour mission d’accompagner les parents ayant une problématique d’addiction, avec leurs jeunes enfants, dans une démarche de soins et de prévention. Il s’agit de l’association Horizons, 10, rue Perdonnet, 75010 PARIS

      Bien cordialement,
      L’équipe

  17. Bonsoir je viens de passe un week-end de grande bouffe , j’en ais jamais assez avec la nourriture et les kilos me le rappel . 135 kg / 1m50./ 58ans.
    J’entraîne ma fille avec moi.
    Je sais que je suis accros à la nourriture mais pourquoi. Je peux venir vous voir??

  18. Bonjour,

    Je suis la maman d’un jeune de bientôt 25 ans. Il boit souvent le week end et fume des joints, il est violent ensuite, je voudrais le faire soigner, votre centre est-il adapté et comment je dois m’y prendre. Merci pour votre réponse

    • Bonjour,
      Nous vous invitons à prendre rendez-vous dans le cadre de la consultation « famille », afin que vous puissiez expliquer la situation à un membre de l’équipe. Celui-ci pourra déjà vous écouter et vous donner quelques conseils et voir quelles suites seraient éventuellement adaptées.
      N’hésitez pas à appeler le secrétariat au 01 56 68 70 30 pour prendre rendez-vous.
      Bien cordialement,
      L’équipe de l’hôpital Marmottan

  19. Bonjour je faits de la photos et travail les photos sans limite je crois je regarde tous un t’as démission télé et je dort très mal récupération impossible stresse et blocage dans le dos ect

    • Bonjour,
      A la lecture de ce que vous nous écrivez, nous ne pensons pas qu’il soit forcément pertinent d’aborder cette question sous l’angle de l’addiction. Nous vous invitons à prendre contact avec votre médecin traitant pour voir s’il peut vous aider ou si une approche plus spécialisée est utile,
      Bien cordialement,
      L’équipe de l’hôpital Marmottan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *