Présentation de l’hospitalisation

bureau d'entretien

bureau d’entretien

L’hospitalisation s’inscrit dans une prise en charge globale qui commence et se poursuit à l’Accueil. Elle est volontaire, libre et gratuite. Elle est conçue comme une expérience de rupture avec le mode de vie habituel, afin de faciliter le changement de certaines habitudes et le recul nécessaire à une remise en question. Elle est implantée au sein de Marmottan, à Paris.

Objectifs de l’hospitalisation

L’unité d’hospitalisation a une capacité d’accueil de 12 lits et reçoit des personnes désireuses d’effectuer :

  • un sevrage classique (complet),
  • un sevrage dégressif (diminution progressive des doses de médicaments, de substitution ou de benzodiazépines)
  • un sevrage sélectif (avec conservation d’un traitement de substitution),
  • une mise en place ou un équilibrage d’un traitement de substitution,
  • une pause dans un moment existentiel critique entraînant une surconsommation de produits psychotropes.

La durée de l’hospitalisation

La durée d’hospitalisation est en moyenne d’une à deux semaines. Le sevrage peut concerner des produits divers et souvent des associations de produits. Les modalités d’hospitalisation, et notamment, la durée et les traitements médicamenteux sont personnalisées et adaptées à la situation de chacun.

Conditions administratives et financières

L’unité d’hospitalisation, comme l’ensemble du Centre Médical Marmottan, est régie par la loi du 31 décembre 1970 qui garantit  l’anonymat et la gratuité des soins pour toute personne volontaire, demandeuse de soins au titre de la toxicomanie. Par conséquent, aucune formalité administrative n’est requise pour l’admission et le séjour est totalement gratuit pour tous.

Conditions matérielles et vie quotidienne

Chaque patient dispose d’une chambre individuelle. Celle-ci comprend un minimum de mobilier (un lit, un meuble de chevet, une armoire, une table et deux chaises) ainsi qu’un lavabo.

Les espaces communs comprennent :

  • une salle de télévision,  équipée d’un lecteur de DVD,
  • une bibliothèque qui sert aussi de salle de réunion et de salle d’activités,
  • une salle de soins où sont distribués et pris les traitements et effectués les autres soins,
  • une salle à manger où les repas sont pris en commun avec l’équipe soignante,
  • un salon,
  • une salle de sport,
  • un sauna,
  • des douches et sanitaires collectifs

Permanence téléphonique

De plus, pendant les moments de fermeture de l’accueil (nuit, fériés, dimanches), l’équipe soignante de l’hospitalisation assure une permanence téléphonique (01 45 74 00 04).

Autres questions

N’hésitez pas à nous appeler ou à venir nous rencontrer.
La Foire aux Questions est également susceptible de vous apporter un complément d’information.

Galerie photos :

24 réflexions au sujet de « Présentation de l’hospitalisation »

  1. Bonjours j’ai une copine qui souffre de surdosage d’ixprim elle a deja esseie de fair son sevrage mais elle a échouer son hôpital ne veut plus La reprendre que peut ton fair son état et grave elle risque une grève de foix si elle continue ou bien meme de perdre la vie car son dosage d’ixprim est trop eleve ! Merci

    • Bonjour
      En effet, on a déjà rencontré des cas de dépendance à l’ixprim / tramadol. Pouvez-vous lui dire qu’elle nous appelle pour prendre rdv ? On fera un premier bilan avec elle et voir ce qu’on peut faire ou l’orienter vers une structure compétente au besoin. Le rdv est gratuit. Le numéro du secrétariat : 01 56 68 70 30.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  2. Bonjour,

    Je me permets de vous contacter car mon frère est un consommateur régulier de cannabis depuis plus de 5 ans, il aimerais être aidé pour arrêter.

    Je souhaiterais savoir combien de temps il faudra prévoir approximativement afin de soigner ce type de cas et quelles sont les démarches a suivre pour être accompagné.

    En vous remerciant par avance et restant a disposition pour tout complément d’informations.
    Cordialement.

    • Bonjour,

      Il est difficile de chiffrer la durée d’une prise en charge : c’est vraiment au cas par cas.
      Pour le cannabis, la prise en charge prend la forme de consultations avec un référent médical (psychiatre ou psychologue). Ces rendez-vous sont réguliers. Ils sont anonymes et gratuits.
      Il est également possible de programmer une courte hospitalisation, si c’est ce que votre frère souhaite, et que cela parait pertinent. C’est à discuter ensemble.
      N’hésitez pas à lui dire de nous appeler au 01 56 68 70 30,

      Bien cordialement,
      L’équipe

  3. bonjours je souffre de tag depuis longtemps je suis suivis dans un cmp je surcosme des benzo depuis 28 ans suite a sevrage alcool reussit penser vous q’un sevrage aux benzo serait possible

    • Bonjour,
      Désolés pour l’attente. A la lecture de votre message, nous pensons qu’effectivement vous pourriez faire avec un soignant la mesure du bénéfice / risque de continuer un traitement au long cours par benzodiazépines. Pour le sevrage, il faudrait initier une diminution très progressive du traitement.
      Dans l’idéal, cette diminution pourrait être faite en lien avec votre prescripteur (celui du CMP) pour tenir compte des variables. Par conséquent, vous pourriez prendre contact avec un addictologue de votre région, et lui demander de travailler en trio avec vous et votre prescripteur actuel afin de recaler le traitement et aller vers la diminution.
      Je vous envoie des adresses d’addictologues dans votre région,
      Bien cordialement,
      L’équipe

    • Bonjour,
      L’hôpital Marmottan prend en charge les problèmes d’alcool lorsqu’ils sont liés à une addiction aux produits illicites.
      Il faudrait que vous nous appeliez pour nous décrire plus précisément votre situation. Si ce n’est pas possible ici, nous vous proposerons l’adresse d’un autre lieu de soin. Je vous donne le numéro de l’accueil : 01 56 68 70 30.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  4. Bonjour
    Mon fils de 17 ans consommateur de cannabis aimerait être aidé . Mais il est placé en famille d’accueil par l’Ase . Pouvez vous quand même le prendre en charge ? Pour les mineurs une autorisation parentale est il nécessaire ?
    En vous remerciant .

    • Bonjour,
      L’hôpital Marmottan prend en charge uniquement les personnes majeures. Pour votre fils, une consultation « jeunes consommateurs » serait sans doute plus adaptée. Je prends contact avec vous par mail pour que l’on regarde les adresses pertinentes proches de son lieu de résidence.
      Bien cordialement,
      L’équipe

  5. Bonjour après une sévère dépression divorce, rupture, de travail isolé on me prescrivais du lyxanssia et du stylnox puis du seroplexe je suis accro au zolpidem qui m’empêche de travailler je vous pour m aider à un sevrage surtout au zolpidem cela dure depuis 15 ans
    En attendant une réponse positive veuillez
    accepter mes salutation distingués.

    • Bonjour,
      Le sevrage de médicaments fait effectivement partie des prises en charge que nous proposons. Pouvez-vous s’il vous plaît appeler le secrétariat au 01 56 68 70 30 afin de prendre rendez-vous ? En effet, nous ne fixons pas de rdv par mail.
      Bien cordialement,
      l’équipe de Marmottan

  6. Bonjour,
    Ma mère est alcoolique, dépressive et isolée depuis plus de 5 ans. Elle n’est pas d’accord pour se faire soigner.
    Mais j’insiste sur le fait qu’elle en a besoin de toute urgence.
    Comment la persuader de venir dans votre établissement ?
    cordialement.

    • Bonjour,
      A Marmottan, nous prenons l’alcool en charge s’il est associé à la consommation de substances illicites. A la lecture de ce que vous décrivez, je pense que nous ne sommes pas la structure la plus adaptée pour aider votre mère. Peut-être pourriez-vous appeler Alcool Infos Services au 0 980 980 930,
      Ils sauront vous conseiller au mieux,
      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  7. Bonjour,

    J’aimerais savoir si vous prenez en charge les addictions aux jeux vidéo et ordinateur ? Mon fils de 18 ans 1/2 qui est en phase de déscolarisation est concerné par ce problème ainsi que celui de l’alcool. Nous habitons en province. Des prises en charge avec des thérapeutes ont déjà été mises en place mais il n’arrive pas à les suivre dans le temps.
    Si oui, une hospitalisation peut durer combien de temps?
    Merci pour les réponses que vous m’apporterez.
    Cordialement

    • Bonjour,

      Pour les usages problématiques liés aux écrans, nous proposons surtout un suivi en ambulatoire (consultations). Les hospitalisations pour usages de jeux vidéo sont extrêmement rares, même si parfois, cette option peut être proposée aux patients. Cependant, ce n’est jamais déconnecté d’un suivi au long cours. C’est-à-dire que l’hospitalisation est une étape dans le suivi. Ce n’est pas une fin en soi, mais un moment dans la thérapie. Par conséquent, dans le cas de votre fils, il faudrait peut-être voir avec les thérapeutes qui le suivent actuellement si cette indication est pertinente et qu’ils se mettent en relation avec nous.

      La prise en charge en addictologie étant longue, les allers-retours Paris-Province peuvent s’avérer à la longue décourageants. Peut-être essayer de poursuivre ses efforts vers des soins proches de chez lui, et privilégier la prise en charge pour ses problèmes d’alcool dans un premier temps ?

      Vous pouvez nous appeler si vous avez envie d’en parler (01 56 68 70 30). Vous pouvez aussi prendre un rendez-vous pour vous-même dans une consultation famille d’un centre de soin en addictologie (consultations gratuites),

      Bien cordialement,

      L’équipe de Marmottan

    • Bonjour,
      Nous ne prenons pas en charge les addictions à l’alcool en premier produit.
      C’est-à-dire que nous prenons en charge les personnes ayant des problèmes avec la consommation de produits illicites, et s’il y a consommation d’alcool associée, ceci est bien sûr pris en compte,
      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  8. Bonjour
    je serai interesse pour avoir une consultation en vue d une hospitalisation pour un seuvrage du cannabis quelles son les taux de non rechute si vous les connaissez ?
    Bien Cordialement

    • Bonjour,

      Une hospitalisation pour sevrage du cannabis peut effectivement être proposée. Toutefois, l’hospitalisation n’est qu’une étape au coeur d’un suivi plus global. L’hospitalisation, seule, ne suffirait pas. Avant et après, nous vous proposons un appui pour préparer votre sevrage, puis consolider votre projet. Au niveau des taux de rechute, nous ne les chiffrons pas ; par ailleurs, cette donnée n’a pas beaucoup de pertinence. Là encore, il s’agit d’un chemin au long cours. Les addictions en général sont caractérisées par une évolution variable qui comporte très fréquemment ces rechutes. Aussi il arrive très souvent qu’une même personne effectue au cours de l’évolution de sa dépendance, plusieurs voire de nombreuses cures de sevrage.

      Chaque cas étant unique, nous vous proposons de venir nous rencontrer pour en parler. Vous pouvez nous appeler au 01 56 68 70 30,

      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  9. bonjour
    Mon fils est un solitaire, sportif et intelligent, mais également accro aux jeux vidéos;

    Nous nous sommes aperçus plusieurs fois qu’il vide certaine bouteille à la maison. Lorsque l’on veut en discuter il se ferme comme une huître et nous n’arrivons pas à savoir pourquoi il fait cela même si je pense qu’il s’agit d’un mal être, du à une non réussite scolaire et professionnelle dans une époque très difficile.

    Je voudrais qu’il consulte comment faire pour le décider?

    Le médecin généraliste (connait mon fils depuis qu’il à 5 ans) peut il avoir une action ?

    Je vous remercie

    • Bonjour,
      Il est assez difficile de vous conseiller par mail, notamment si la problématique est plutôt celle de l’alcool ou des jeux vidéo ? Etes-vous sur l’ile-de-France ? Souhaitez-vous nous rencontrer pour en discuter ? Les consultations sont anonymes et gratuites. Vous pouvez prendre un rendez-vous « famille » où nous pourrons faire le point avec vous, vous conseiller, éventuellement vous proposer une orientation, en appelant le 01 56 68 70 30.
      Pour votre médecin généraliste, c’est également difficile à dire, mais si une relation de confiance est établie entre eux deux, oui cela peut sûrement être utile.
      Nous prenons contact avec vous par mail
      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  10. Madame, Monsieur,
    Mon fils, 34 ans est actuellement hospitalisé pour une série d’examens en vue d’un bilan de santé plus complet.
    A priori bien décidé à se faire aider pour soigner ses problèmes d’addiction, je souhaiterais savoir si votre établissement disposerait d’un lit pour l’accueillir.
    Me/Nous tenant à votre disposition pour ce faire,
    Bien Cordialement,

    • Bonjour,

      Suite au message envoyé via le site web de l’hôpital Marmottan, je reviens vers vous.

      Nous avons tout à fait la place d’accueillir votre fils pour un séjour de sevrage. Par contre, il faut que nous le rencontrions avant, afin qu’il rencontre un médecin et un infirmier pour préparer son séjour. Ces entretiens préalables sont nécessaires pour soulever les implications possibles de la démarche de soin dans sa vie, de lui expliquer le plus précisément possible la façon dont son hospitalisation va se dérouler, de susciter, le cas échéant, des projets de suite et de commencer, d’ores et déjà, à faire le nécessaire pour leur réalisation.

      Pouvez-vous, ou peut-il appeler notre secrétariat au 01 56 68 70 30 afin de voir les modalités ?

      Bien cordialement,

      L’équipe de Marmottan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *