La revue Swaps consacre son dossier à la cigarette électronique

swaps74La diffusion de l’e-cigarette est considérable. En France, entre 2011 et 2013, il semble que le nombre d’utilisateurs réguliers soit passé de 500 000 à 1 million et demi. Une étude de l’IPSOS montre que 10 millions de Français l’ont expérimentée. Il est donc urgent de mieux connaître les avantages, les risques et les enjeux liés à l’e-cigarette. Difficile quand il y a encore si peu de travaux de recherche et un matériel qui évolue si vite !

La revue SWAPS consacre dès lors un numéro à la cigarette électronique. Pour cela, elle a donné la parole à deux tabacologues impliqués (Jacques Le Houezec et Gérard Mathern), à un addictologue, Alain Morel, qui montre certains enjeux communs entre la e-cigarette, le Subutex® et le baclofène, à Brice Lepoutre, usager et membre de l’AIDUCE qui confirme que le coût et la santé sont les deux motivations principales des fumeurs pour passer à la e-cigarette et bien sûr l’État, et c’est Pascal Melihan-Cheinin qui expose la position prudente et responsable du ministère de la Santé. Dans cette édition, Swaps revient aussi sur le dernier avatar concernant les salles de consommation à moindre risque avec l’analyse de Yann Bisiou sur l’avis du Conseil d’État (p. 19) et sur les nouvelles tendances des usages de drogues à travers le dispositif TREND (p. 21).

Accéder gratuitement à la revue

Résultats de l’enquête ETINCEL-OFDT sur la cigarette électronique : prévalence, comportements d’achat et d’usage, motivations des usagers

fuméeAlors que la cigarette électronique apparaît comme un phénomène en plein essor en France depuis environ deux ans, les données relatives à la prévalence de sa consommation et aux modalités de son usage sont jusqu’ici demeurées parcellaires et difficilement interprétables en raison du manque de précisions sur les méthodologies employées. C’est pourquoi l’OFDT a souhaité mener, fin 2013, une enquête centrée sur ce produit, avec pour objectif de fournir aux pouvoirs publics et aux professionnels concernés, dans un délai court, une première estimation fiable du phénomène. Les résultats de l’enquête ETINCEL (Enquête téléphonique pour l’information sur la cigarette électronique) font apparaître que 18 % des Français ont essayé la cigarette électronique (soit entre 8 et 9 millions d’individus). Ce sont plus souvent des hommes, des personnes jeunes et surtout des fumeurs actuels ou des anciens fumeurs de tabac. L’usage de la cigarette électronique au cours du mois précédant l’enquête est le fait de 6 % de la population. Tous les vapoteurs dans le mois sont ou ont été fumeurs. L’usage quotidien concerne un peu plus de la moitié des utilisateurs dans le mois, soit 3,3 % du total de la population (entre 1,1 et 1,9 million de personnes). Ces usages sont proportionnellement plus importants dans les tranches d’âge élevées : 26 % des expérimentateurs de la cigarette électronique de 50-75 ans l’utilisent quotidiennement contre 9 % de ceux âgés de 15-24 ans.Relativement nombreux à expérimenter la cigarette électronique, les 15-34 ans se tournent rarement vers un usage régulier. Alors que moins nombreux les expérimentateurs plus âgés passent davantage à un usage régulier. L’expérimentation est chez eux sans doute moins liée à la curiosité qu’à leur passé tabagique et au besoin de trouver une solution à leur problème de dépendance au tabac. D’ailleurs, concernant les motivations, la perspective d’un sevrage total est mise en avant par la moitié des utilisateurs. [communiqué de presse OFDT]

Télécharger la note de synthèse

La cigarette électronique : Quels risques ? Quels bénéfices ? Quelle réglementation ?

tabacLa cigarette électronique s’est invitée sans y être conviée dans le champ de la prévention du tabac. Sa diffusion spontanée semble avoir fait chuter les ventes de cigarettes en 2013. Est-ce une mode? Une approche résolument nouvelle pour les addictions? L’industrie pharmaceutique et celle du tabac sont-elles bousculées par cet intrus? Des spécialistes et des usagers viennent nous éclairer sur ce qui en train de devenir une question de société.

24 janvier 2014 au Cnam, Paris

Programme

15h – Accueil – Didier Jayle, professeur du Cnam

15h10 – Réflexions d’un bloggeur qui connaît le risque et la santé 
William Dab, professeur du Cnam

15h20 – Que savons nous vraiment de la toxicité de la nicotine ?
Jacques Le Houezec, consultant tabacologie

15h30 – Tout ce qu’on sait en 2014 de la e-cigarette
Gérard Mathern, pneumologue

15h55-16h15 – Discussion

16h15 – Quand la réduction des risques s’applique aux drogues licites
Alain Morel, fédération Addiction

16h30 – Le point de vue de l’usager
Brice Lepoutre, président de l’Association des usagers de cigarette électronique (Aiduce)

16h45 – Le point de vue de l’État
Pascal Melihan-Cheinin, sous-directeur, direction générale de la Santé

17h-17h30 – Discussion

17h30 – Conclusion

Le lieu

Amphithéâtre Abbé Grégoire, 292 rue St Martin, Paris 3ème.

Le 24 janvier 2014, de 15h à 18h.

Entrée libre sur inscription auprès de : wiame.ramis@cnam.fr