Présentation de l’hospitalisation

bureau d'entretien

bureau d’entretien

Téléphone du secrétariat de l’hospitalisation :
01 56 68 70 24

L’hospitalisation s’inscrit dans une prise en charge globale qui commence et se poursuit à l’Accueil-consultation d’addictologie. Elle est volontaire, libre et gratuite. Elle est conçue comme une expérience de rupture avec le mode de vie habituel, afin de faciliter le changement de certaines habitudes et le recul nécessaire à une remise en question. Elle est implantée au sein de Marmottan, à Paris.

Objectifs de l’hospitalisation

L’unité d’hospitalisation a une capacité d’accueil de 12 lits et reçoit des personnes désireuses d’effectuer :

  • un sevrage classique (complet),
  • un sevrage dégressif (diminution progressive)
  • un sevrage sélectif (avec conservation d’un traitement de substitution),
  • une mise en place ou un équilibrage d’un traitement de substitution,
  • une pause dans un moment existentiel critique entraînant une surconsommation de produits.

La durée de l’hospitalisation

La durée d’hospitalisation est en moyenne d’une à deux semaines. Le sevrage peut concerner des produits divers et souvent des associations de produits. Les modalités d’hospitalisation, et notamment, la durée et les traitements médicamenteux sont personnalisées et adaptées à la situation de chacun.

Conditions administratives et financières

L’unité d’hospitalisation, comme l’ensemble du Centre Médical Marmottan, est régie par la loi du 31 décembre 1970 qui garantit  l’anonymat et la gratuité des soins pour toute personne volontaire, demandeuse de soins au titre de la toxicomanie. Par conséquent, aucune formalité administrative n’est requise pour l’admission et le séjour est totalement gratuit pour tous.

Conditions matérielles et vie quotidienne

Chaque patient dispose d’une chambre individuelle. Celle-ci comprend un minimum de mobilier (un lit, un meuble de chevet, une armoire, une table et deux chaises) ainsi qu’un lavabo.

Les espaces communs comprennent :

  • une salle de télévision,  équipée d’un lecteur de DVD,
  • une bibliothèque qui sert aussi de salle de réunion et de salle d’activités,
  • une salle de soins où sont distribués et pris les traitements et effectués les autres soins,
  • une salle à manger où les repas sont pris en commun avec l’équipe soignante,
  • un salon,
  • une salle de sport,
  • un sauna,
  • des douches et sanitaires collectifs

Permanence téléphonique

De plus, pendant les moments de fermeture de l’accueil-consultation (nuit, fériés, dimanches), l’équipe soignante de l’hospitalisation assure une permanence téléphonique (01 56 68 70 24).

Autres questions

N’hésitez pas à nous appeler ou à venir nous rencontrer.
La Foire aux Questions est également susceptible de vous apporter un complément d’information.

Galerie photos :

82 réflexions au sujet de « Présentation de l’hospitalisation »

    • Bonjour,
      Nous ne faisons pas d’hospitalisation en urgence.
      L’hospitalisation se décide en consultation. Elle est initiée à votre demande, et discutée avec vous, votre médecin référent et un infirmier de l’hospitalisation. Il peut y avoir un délai variable entre le moment de la décision et celui de l’admission. Ce délai est en moyenne de deux semaines. Il est mis à profit pour préparer l’hospitalisation au cours d’entretiens avec le médecin référent et l’infirmier. Ces entretiens ont pour objectif de soulever les implications possibles de la démarche de soin dans votre vie, de vous expliquer le plus précisément possible la façon dont votre hospitalisation va se dérouler, de susciter, le cas échéant, des projets de suite et de commencer, dors et déjà, à faire le nécessaire pour leur réalisation. Il est parfois utile aussi, durant ce délai, d’effectuer certaines démarches médicales (consultations, examens biologiques…) et administratives.
      Actuellement, pendant l’été, ces délais sont malheureusement allongés. A ce jour, le prochain rdv disponible est fin août. N’hésitez pas à nous appeler pour en discuter ou sinon à appeler Drogues info service.
      Bien cordialement,
      AW

    • Bonjour,
      Notre institution n’est pas spécialiste du sevrage de traitement médicamenteux. Plus exactement : nous prenons en charge les personnes qui font un mésusage massif de traitements psychotropes détournés, des surconsommations dangereuses. Du coup, il faudrait que nous en sachions un peu plus. S’il s’agit de traitements qui lui sont prescrites par un médecin, nous conseillons généralement de commencer par se rapprocher du psychiatre qui prescrit les traitements afin d’effectuer une balance des bénéfices / risques. Si elle est dans une surconsommation et/ou une escalade dans les prises (notamment en ce qui concerne la codéine), elle peut nous appeler pour qu’on évalue plus précisément la situation par téléphone. Le numéro est : 01 56 68 70 30.
      Bien à vous,
      AW

  1. Bonsoir, je prends des antidépresseurs, anxiolytique, benzodiazepines depuis de nombreuses années, et souhaite effectuer un sevrage afin de ne plus avoir du tout de traitement. Votre hôpital prend-il en charge ce genre de dépendance svp? Merci
    Bien cordialement.

    • Bonjour,
      Notre institution n’est pas spécialiste du sevrage de traitement médicamenteux. Plus exactement : nous prenons en charge les personnes qui font un mésusage massif de traitements psychotropes détournés. S’il s’agit de consommations de traitements qui vous sont prescrites par un médecin, nous conseillons généralement de commencer par se rapprocher du psychiatre qui prescrit les traitements afin d’effectuer une balance des bénéfices / risques. Vous pourrez ainsi exprimer votre désir d’arrêter les traitements.
      Bien à vous,
      AW

  2. Bonjour
    Je suis maman d’un brillant garçon mais devenu addict au pari sportif ! Nous habitons Strasbourg. Il se ruine et s’endette ! Y’a t’il une hospitalisation possible pour un sevrage de ce genre ? La vie devient dure pour lui et pour nous ! Y’a urgences car ça fait 3 ans que l’on stagne en ayant espérer s’en sortir par nous-mêmes ! Merci pour votre aide !

    • Bonjour,
      En ce qui concerne l’addiction aux jeux d’argent, l’hospitalisation n’est pas l’indication première. Il s’agit plus souvent d’un suivi psycho-social, en ambulatoire, sur la structure. L’addiction aux jeux d’argent est de plus en plus connue des professionnels. Je vais vous transmettre par mail trois adresses de centre qui pourront très certainement proposer une aide adaptée à la situation de votre fils.
      Bien à vous
      AW

  3. Bonjour je suis addict à la codéine je prend 6 klipal toute les 4:00 même la nuit sinon g des courbatures monstrueuses je prend le soir pour dormir 10 lysanxia ainsi qu’un bouchon de toplexil je suis dans le 60 j’a Une vie de couple que je déteste et je voudrais rester seule avec mes enfants mais g besoin d’aide avant tt aider moi je vous en supplie

    • Bonjour,
      Je prends contact avec vous par mail pour qu’on trouve un centre pas trop loin de chez vous,
      Bien cordialement,
      AW

  4. Bonjour , j’ai prend tramadol depuis longtemps. Mon prise c’est 600-700mg par jour . J’arrive pas arrêter petit a petit. J’aimerais être hospitalisé pour arrêter sevrage et addiction . Je suis déterminé. Prix du hospitalisation il est pas important , je suis prêt a payer .

    • Bonjour,
      L’hospitalisation est gratuite.
      Pouvez-vous nous appeler pour prendre rdv ? On ne prend pas de rdv par internet.
      Voici le numéro du secrétariat : 01 56 68 70 30
      Ainsi nous pourrons faire une première évaluation ensemble et préparer la suite
      Bien cordialement,
      L’équipe

  5. Bonjour j ai mon frère il a 31 il sombre dans l alcool.L’interner dans un hôpital pour l’aider .Est-ce que votre établissement accepte les personnes comme lui? Cordialement

    • Bonjour,
      L’hôpital Marmottan est spécialisé dans les substances illicites. Nous ne faisons pas d’hospitalisation spécifique au sevrage d’alcool car nous n’avons pas de plateau technique. Pouvez-vous appeler « Alcool info service » au 0 980 980 930 ? Ils sauront vous orienter vers la meilleure structure, proche du domicile de votre frère.
      Bon courage à vous,
      Bien cordialement,
      L’équipe

  6. Bonjour, je prend du tramadol lp200 depuis 3ans et je suis déterminé à arrêter serait-il possible de m’hospitaliser pour un sevrage svp ?

    • Bonjour,
      Sur le principe, oui, c’est possible. En revanche, malheureusement, on n’a pas de place avant début mai en ce moment. Du coup, je vous suggère de prendre plutôt contact avec la consultation de pharmaco-dépendance de l’Espace Murger à Fernand Widal (Paris 10e). Je vous indique les coordonnées par mail.
      Bien cordialement,
      AW

  7. Bonjour,

    Je fais appel à vos conseils concernant l’alcoolisme de ma mère.
    Elle a 61 ans, alcoolique depuis plus de 10 ans, 7 hospitalisations (dont 2 années d’abstinence grace à l’esperal) , et continue à sombrer seule dans l’alcool. Constat : elle ne se lave plus depuis 1 mois, ne peut tenir 1h sans alcool, se victimise et s’isole …
    Auriez-vous d’autres établissements à me recommander spécialisé dans la dépendance à l’alcool ?

    Merci mille fois

    A votre disposition,

    • Bonjour,
      Voici les structures avec une spécialité en alcoologie que j’ai trouvées dans le 91.
      Peut-être pouvez-vous demander à être reçue, vous, en premier lieu, pour discuter de la situation de votre mère avec un membre de leur équipe ? Ou bien les appeler pour demander conseil en expliquant la situation actuelle ?

      CSAPA Alcool
      4, place du Général Leclerc
      Centre hospitalier d’Orsay
      91401 ORSAY
      Tél : 01 69 29 74 76
      Site web : http://www.gh-nord-essonne.fr
      Secrétariat : Lundi et mercredi: 9h-16h30. Mardi et jeudi: 9h-12h. Vendredi: 9h-16h.

      Centre Hospitalier Sud-Essonne: CSAPA en Alcoologie
      26 avenue Charles de Gaule
      Service de Médecine-2ème étage
      91150 ETAMPES
      Tél : 01 60 80 79 45
      Site web : http://www.ch-sudessonne.fr
      Secrétariat : Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 16h30.

      ANPAA 91- Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie
      25, desserte de la Butte Creuse
      91004 EVRY
      Tél : 01 69 87 72 02
      Site web : http://www.anpaa.asso.fr
      Secrétariat : Lundi: 9h-13h puis 16h-19h. Mardi: 9h-17h. Mercredi: 9h-13h. Jeudi : 9h-19h. Vendredi: 9-17h.

      Bon courage à vous,
      Bien cordialement,
      l’équipe de marmottan

  8. Bonjour,
    Je suis pharmacien et dépendante aux benzodiazépine et hypnotiques à des doses croissantes depuis 2 décennies. Je cherche une solution pour au moins réduire mes consommation.

    • Bonjour,
      Certaines structures sont spécialistes des sevrages médicamenteux. Je prends contact avec vous par mail pour qu’on essaie de trouver une adresse de centre.
      Bien à vous,
      L’équipe

      • Bonsoir,
        Mon père présenté exactement la mm problématique médicamenteuse, à savoir dépendance aux Benzodiazepine, zopiclone et seresta. Je serai intéressée par les adresses de centre qui traite cette problématique.
        Merci beaucoup pour votre retour

        • Bonjour,
          Je prends Xanax depuis très longtemps, et je ne peux pas toute seule arrêter. Moi aussi, je voudrais les adresses de centre qui traite cette problématique.

          • Bonjour,
            Je vous envoie un mail pour connaitre votre département,
            Bien à vous,
            l’équipe

  9. Bonjour je suis addicte au cannabis il ya lontemPs que je souhaite arrêter mais le chemin et long aujourdui je veut prendre les chose en mainson et tourner la page sur c’est année daddiction pour ma santé mon mental mon psychisme je suis convaincu que je serai plus heureuse sans je vie dans la région Aquitaine connaître vous des structures vers laquelle me tourner? Merci

    • Bonjour,
      Je vais vous écrire un mail pour qu’on voit ensemble plus précisément votre département, car à l’échelle de la région, j’ai beaucoup de résultats. Par exemple, à Bordeaux, je vois qu’il y aurait quatre structures qui pourraient être pertinentes :

      CAAN’Abus (pour les jeunes jusqu’à 25 ans)
      41 Rue Sainte Colombe
      33000 BORDEAUX
      Tél : 05 56 01 25 66
      Site web : http://www.ceid-addiction.com

      CEID : Centre du Parlement Saint-Pierre (pour tout le monde)
      24, rue du Parlement Saint-Pierre
      33000 BORDEAUX
      Tél : 05 56 44 84 86
      Site web : http://www.ceid-addiction.com

      CSAPA-ANPAA 33
      67, rue Chevalier
      33000 BORDEAUX
      Tél : 05 57 57 00 77
      Site web : http://www.anpaa.asso.fr

      Pôle Addictologie du C.H. Perrens
      121, rue de la Béchade
      33076 BORDEAUX
      Tél : 05 56 56 67 02
      Site web : http://www.ch-perrens.fr/addictologie

      Mais peut-être qu’on peut trouver plus près de chez vous si vous n’êtes pas à Bordeaux,
      Bien à vous,
      AW

  10. Bonjour je vis dans le Var et recherche une structure comme la vôtre pour m aider dans mes problèmes d addiction à l alcool et au canabis. J’ai 49 ans et souhaite enfin me débarrasser de ces fléaux. Merci de votre réponse. Cordialement

  11. je me permets de vous contacter afin de savoir si oui où non, vous accepteriez des personnes qui ont été sevrées pour alcoolisme et médicamenteux ,en espérant une réponse favorable de votre part, recevez Monsieur mes sincères salutations.

    • Bonjour,
      Je ne comprends pas bien votre demande. A Marmottan, nous proposons des sevrages pour les produits illicites majoritairement. Peut-être cherchez-vous une post-cure ? Je prends contact avec vous.
      Bien cordialement,
      AW

  12. Bonsoir,
    Mon neveu est toxicomane (canabis, héroine, cocaine). Avec ses parents nous cherchons à l’aider. Il a déjà fait 3 cures de sevrage. Il est volontaire pour se soigner. Nous cherchons une structure d’accueil qui propose des activités physiques pendant la désintoxication. Est ce que cela existe ?

    • Bonjour,
      Je vais me renseigner. Il me semble que la clinique Montévideo (Boulogne-Billancourt) a un programme d’activité sportive. C’est un établissement privé, mais conventionné par la Sécurité Sociale et agréé par les mutuelles. A Marmottan, on a une petite salle de sport (à utiliser sous la supervision d’un infirmier pour ne pas se blesser) avec appareil de musculation, vélo d’appartement, sac de frappe… Sinon, des activités psychocorporelles type shiatsu et massage.
      Je vous tiens au courant par mail.
      Bien à vous,
      AW

  13. Bonjour, je vous écris car je cherche un centre de traitement de la dépendance aux benzodiazépines par le flumazénil avec perfusion d’élastomère.

    Avez-vous un traitement pour ma dépendance ?

    Combien de temps dure le traitement ?

    Malheureusement, depuis plusieurs années, j’utilise des gouttes de MINIAS
    Benzodiazépine pour pouvoir dormir et ma situation est devenue insoutenable.
    Aujourd’hui, j’accuse des effets secondaires stupéfiants, des sautes d’humeur, de la somnolence, je me réveille à des moments impossibles
    et je dors dans un non continu et je ne peux pas me sentir reposé le matin.
    Maintenant que je prends de plus en plus de doses, je voudrais résoudre rapidement et définitivement le problème qui me limite également dans ma vie quotidienne, m’empêchant de travailler mieux et d’avoir une vie heureuse.
    Avec cette méthode, on mon dit que dans environ 8 à 10 jours de traitement
    je pourriais sortir da cette situation et que je devrai continuer à prendre des pilules, avec une posologie précise, pour pouvoir éliminer définitivement la dépendance aux gouttes dans environ 10 jours.

    Meilleures salutations.

    Alberto

    • Bonjour,
      Non, nous ne pratiquons pas cette méthode et je ne connais pas de centres qui la pratiquent.
      A Marmottan, pour le sevrage de benzodiazépines, nous faisons des prises en charge en ambulatoire avec diminution très progressive des doses. La prise en charge est donc étalée dans le temps.
      Bon courage à vous,
      Bien cordialement,
      AW

  14. Bonjour.
    Dépendant au cannabis depuis de (trop) longues années, je cherche un établissement similaire au votre sur la Moselle. Si celui n’existe pas je suis prêt à effectuer les aller-retour vers votre centre.
    Merci de votre réponse.

  15. Bonjour,
    mon compagnon prend chaque jour du cannabis, il est complétement dépendant. Nous vivons à l’étranger mais nous pouvons venir sur PAris.
    Il est assuré à la sécurité sociale en France.
    Est-il possible de prévoir une hospitalisation pour une ou 2 semaines
    merci

    • Bonjour,
      Malheureusement, il faudrait que votre compagnon puisse rester sur Paris un moment. En effet, l’hospitalisation n’est qu’une étape dans un parcours de soin plus long. Bien sûr, il se peut que l’hospitalisation soit un temps fort de la prise en charge, mais quelques jours ou même quelques semaines de cure ne vont pas suffire en eux-mêmes. La prise en charge est longue et elle comporte plusieurs temps. Avant et après l’hospitalisation, nous allons recevoir la personne et la suivre dans ses démarches de sevrage. On ne peut pas proposer une hospitalisation qui soit isolée, déconnectée du reste des soins. Il est important qu’on puisse proposer un suivi global, sur le long terme.
      Bien cordialement,
      L’équipe

  16. Bonsoir, mon mari est accro à la cocaine depuis des années. J’ai fait tout ce que je pouvais pour l’aider mais rien n’y fait. Il a besoin d’une hospitalisation urgente. Il se détruit à petit feu et il va finir par détruire aussi notre couple et notre famille. Je n’en peux plus. Comment faire ? Pouvez-vous m’aider ? Merci

    • Bonjour
      excusez-moi pour le retard avec lequel je réponds à votre message.
      Pensez-vous qu’il peut nous appeler pour prendre rdv ?
      Sinon, vous pouvez venir vous-même à un rdv famille pour parler à quelqu’un de l’équipe et voir quelles sont les pistes possibles.
      Le téléphone : 01 56 68 70 30
      RDV anonyme et gratuits.
      Bien cordialement,
      AW

  17. Bonjour ,
    Je souhaite faire un sauvetage de médicament revotril ( 2 mg)
    Je ne supporte plus , je me sent seul je ne supporte personne je commence à perdre mes moyen je de bien agressif , j’ai des enfants . Je veut redevenir comme avant .
    Avez vous de la place

  18. Bonjour
    Je suis accro à la codeine
    Ça fait maintenant 3 ans
    J’ai commencé par 6 comprimé par jours
    Et je suis arriver depuis 6 mois à une boîte par jour
    J’ai déjà réussi le sevrage
    Mais je suis retombé dedans
    Possible de faire quelque chose
    Cordialement

    • Bonjour,
      Nous faisons des sevrages de codéine à Marmottan. Si vous n’êtes pas trop loin du centre marmottan, n’hésitez pas à nous appeler pour prendre un rdv au 01 56 68 70 30. Si vous êtes en dehors de l’ile de france ou dans un département assez éloigné, dites-le moi, nous chercherons une structure proche de votre domicile ensemble.
      Bien cordialement,
      AW

  19. Bonjour j’ai 22 ans et suis fumeuse de cannabis depuis environ 6ans , j’arrive dans une situation où je dépense le peu d’argent que j’ai puisque je ne vais plus au travail.Lorsque j’essai d’arrêter je suis violente malgré moi.
    Une hospitalisation pour est il possible ?

    • Bonjour,
      oui, une hospitalisation sera sans doute possible. Pouvez-vous nous appeler au 01 56 68 70 30, svp ? Précisez bien votre âge, car cela vous permettra d’avoir un premier rdv dans le cadre de la consultation jeunes consommateurs. Dites aussi que vous avez un projet d’hospitalisation.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  20. Bonsoir
    Je vous contact car mon frère est toxicomane ( il prend de l heroine et du cannabis) depuis plusieurs années. Il cherche à connaître la marche à suivre afin de rentrer en cure de désintoxication et se faire soigné.

    • Bonjour,
      Cela va surtout dépendre du lieu d’habitation de votre frère. Dans le cadre de la prise en charge, il est important qu’il puisse venir fréquemment à Marmottan, donc c’est mieux d’habiter pas trop loin ou d’être logé à proximité. Pour vous décrire la prise en charge : d’abord, il faut nous appeler au 01 56 68 70 30 pour prendre un premier rdv. Votre frère sera reçu par un accueillant afin de faire un premier bilan, voir si nous sommes la structure la plus adaptée pour les soins (sinon nous vous proposerons une autre adresse) et échanger sur sa situation, sur ce qu’il souhaite, sur ce qu’il attend de nous, etc. Ensuite, il sera présenté à un médecin qui deviendra son médecin de référence dans l’institution. Si ensemble, ils décident de faire une hospitalisation pour sevrage, cela se prépare via plusieurs rdv avec l’équipe infirmière. Après l’hospitalisation (c’est assez court, environ 10 jours), le suivi reprend avec le médecin afin de consolider le sevrage. Bien sûr, tout cela prend du temps.
      L’ensemble des soins sont anonymes et gratuits (y compris les médicaments et le séjour à l’hospitalisation)
      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous appeler.
      Quand votre frère se sent prêt, il peut nous appeler pour prendre le premier rdv.
      Bien à vous,
      l’équipe

  21. Bonjour,
    Je me permets de vous contacter car mon frère est addict à l’alcool fort (wodka) depuis plusieurs années. Il aimerait qu’on l’aide à s’en sortir.
    Je vous en supplie, on voudrait l’hospitaliser. Il a des traitements qu’il ne prend pas lorsqu’il est seul en plus il est au chômage à cause de l’alcool. Je vous en supplie aidez nous car il devient agressif quand il est en manque.
    Merci d’avance

    • Bonjour,
      Malheureusement, l’hôpital Marmottan ne fait pas d’hospitalisation pour l’alcool, car ce type de prise en charge nécessite un plateau technique que nous ne possédons pas. Notre hospitalisation est dédiée aux sevrages de produits illicites (héroïne, cocaïne, crack, etc) Pouvez-vous m’indiquez le département où vit votre frère ? Je vais essayer de trouver une structure adaptée.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  22. Bonjour

    Je suis un jeune addicte à là cocaïne et l’alcool
    Je suis déjà aller voir une équipe médical pour m’aider mais les délais d’hospitalisation était long , je ne suis jamais retournée , l’enfer continue, j’aimerais de l’aide rapidement svp.

    Bien cordialement
    K

    • Bonjour,
      Pouvez-vous nous appeler rapidement svp afin que nous vous proposions un premier rdv ?
      Le numéro du secrétariat est : 01 56 68 70 30.
      Ensuite, nous pourrons certainement programmer une hospitalisation si c’est votre souhait,
      Le délai pour une hospitalisation à Marmottan est d’environ 2 semaines.
      En fonction de votre âge, si vous avez moins de 26 ans, vous pouvez également venir à la consultation jeunes consommateurs du mercredi après-midi de 14h à 17h sans rdv.
      Bien cordialement,
      L’équipe

  23. Bonjour
    Mon fils est sous tt neuroleptiques depuis 7 ans
    Ce qu il supporte de moins en moins ,a cause de la prise de poids et des l addiction.
    Pensez vous que votre etablissement poirrait l accompagner ds un sevrage aux neuroleptiques .
    Merci de votre reponse

    • Bonjour,
      Nous ne proposons pas le sevrage des neuroleptiques. En ce qui concerne les médicaments, nous prenons en charge les cas de mésusage ou de surconsommation. D’après ce que vous décrivez, il semblerait que votre fils suive une prescription médicale. Nous lui conseillons d’en parler au médecin qui lui prescrit ce traitement et de lui faire part de son souhait de diminuer ou d’arrêter.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  24. Bonjours j’ai une copine qui souffre de surdosage d’ixprim elle a deja esseie de fair son sevrage mais elle a échouer son hôpital ne veut plus La reprendre que peut ton fair son état et grave elle risque une grève de foix si elle continue ou bien meme de perdre la vie car son dosage d’ixprim est trop eleve ! Merci

    • Bonjour
      En effet, on a déjà rencontré des cas de dépendance à l’ixprim / tramadol. Pouvez-vous lui dire qu’elle nous appelle pour prendre rdv ? On fera un premier bilan avec elle et voir ce qu’on peut faire ou l’orienter vers une structure compétente au besoin. Le rdv est gratuit. Le numéro du secrétariat : 01 56 68 70 30.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  25. Bonjour,

    Je me permets de vous contacter car mon frère est un consommateur régulier de cannabis depuis plus de 5 ans, il aimerais être aidé pour arrêter.

    Je souhaiterais savoir combien de temps il faudra prévoir approximativement afin de soigner ce type de cas et quelles sont les démarches a suivre pour être accompagné.

    En vous remerciant par avance et restant a disposition pour tout complément d’informations.
    Cordialement.

    • Bonjour,

      Il est difficile de chiffrer la durée d’une prise en charge : c’est vraiment au cas par cas.
      Pour le cannabis, la prise en charge prend la forme de consultations avec un référent médical (psychiatre ou psychologue). Ces rendez-vous sont réguliers. Ils sont anonymes et gratuits.
      Il est également possible de programmer une courte hospitalisation, si c’est ce que votre frère souhaite, et que cela parait pertinent. C’est à discuter ensemble.
      N’hésitez pas à lui dire de nous appeler au 01 56 68 70 30,

      Bien cordialement,
      L’équipe

  26. bonjours je souffre de tag depuis longtemps je suis suivis dans un cmp je surcosme des benzo depuis 28 ans suite a sevrage alcool reussit penser vous q’un sevrage aux benzo serait possible

    • Bonjour,
      Désolés pour l’attente. A la lecture de votre message, nous pensons qu’effectivement vous pourriez faire avec un soignant la mesure du bénéfice / risque de continuer un traitement au long cours par benzodiazépines. Pour le sevrage, il faudrait initier une diminution très progressive du traitement.
      Dans l’idéal, cette diminution pourrait être faite en lien avec votre prescripteur (celui du CMP) pour tenir compte des variables. Par conséquent, vous pourriez prendre contact avec un addictologue de votre région, et lui demander de travailler en trio avec vous et votre prescripteur actuel afin de recaler le traitement et aller vers la diminution.
      Je vous envoie des adresses d’addictologues dans votre région,
      Bien cordialement,
      L’équipe

    • Bonjour,
      L’hôpital Marmottan prend en charge les problèmes d’alcool lorsqu’ils sont liés à une addiction aux produits illicites.
      Il faudrait que vous nous appeliez pour nous décrire plus précisément votre situation. Si ce n’est pas possible ici, nous vous proposerons l’adresse d’un autre lieu de soin. Je vous donne le numéro de l’accueil : 01 56 68 70 30.
      Bien cordialement,
      l’équipe

  27. Bonjour
    Mon fils de 17 ans consommateur de cannabis aimerait être aidé . Mais il est placé en famille d’accueil par l’Ase . Pouvez vous quand même le prendre en charge ? Pour les mineurs une autorisation parentale est il nécessaire ?
    En vous remerciant .

    • Bonjour,
      L’hôpital Marmottan prend en charge uniquement les personnes majeures. Pour votre fils, une consultation « jeunes consommateurs » serait sans doute plus adaptée. Je prends contact avec vous par mail pour que l’on regarde les adresses pertinentes proches de son lieu de résidence.
      Bien cordialement,
      L’équipe

      • Bonjour mon frère est un père de famille il consomme beaucoup de cannabis il est devenu dangereux il mangent de la poubelles il perte la tête il.oublie ces enfants il fumés grave jusqu’à 40 joint par jour il ne veux pas s’arrêter il veux pas rentrer au centre des toxicomanes pour être aider nous cherchons des hôpitaux ou centre ou n’importe quel lieu pour le soigner pour qu’il revient à ces enfants et sa femme et sa familles car il.n’accepte pas d’aller ce soigner un lieu qui peux le soigner et sa famille et sa femme signent pour qu’il commencent ces soins merci aidez nous

        • Bonjour,
          Les centres de soin pour toxicomanes (addictologie) fonctionnent avec le volontariat. C’est-à-dire que vous ne pourrez pas faire hospitaliser votre frère de force dans ce type de structure. Il faut qu’il est la volonté de venir, de se faire aider.
          En revanche, ce que vous décrivez (dangerosité, troubles du comportements…) pourrait faire l’objet d’une hospitalisation sous contrainte à la demande de la famille. Pour vous renseigner, vous pouvez appeler le C.P.O.A (Centre Psychiatrique d’Orientation & d’Accueil). Il s’agit du service d’urgence psychiatrique de l’hôpital Sainte-Anne. Vous pouvez les appeler au 01 45 65 80 00.
          Si vous n’êtes pas sur Paris ou l’île de France, vous pouvez contacter les urgences psychiatriques de l’hôpital près de chez vous.
          Bon courage,
          Bien cordialement,
          L’équipe

  28. Bonjour après une sévère dépression divorce, rupture, de travail isolé on me prescrivais du lyxanssia et du stylnox puis du seroplexe je suis accro au zolpidem qui m’empêche de travailler je vous pour m aider à un sevrage surtout au zolpidem cela dure depuis 15 ans
    En attendant une réponse positive veuillez
    accepter mes salutation distingués.

    • Bonjour,
      Le sevrage de médicaments fait effectivement partie des prises en charge que nous proposons. Pouvez-vous s’il vous plaît appeler le secrétariat au 01 56 68 70 30 afin de prendre rendez-vous ? En effet, nous ne fixons pas de rdv par mail.
      Bien cordialement,
      l’équipe de Marmottan

  29. Bonjour,
    Ma mère est alcoolique, dépressive et isolée depuis plus de 5 ans. Elle n’est pas d’accord pour se faire soigner.
    Mais j’insiste sur le fait qu’elle en a besoin de toute urgence.
    Comment la persuader de venir dans votre établissement ?
    cordialement.

    • Bonjour,
      A Marmottan, nous prenons l’alcool en charge s’il est associé à la consommation de substances illicites. A la lecture de ce que vous décrivez, je pense que nous ne sommes pas la structure la plus adaptée pour aider votre mère. Peut-être pourriez-vous appeler Alcool Infos Services au 0 980 980 930,
      Ils sauront vous conseiller au mieux,
      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  30. Bonjour,

    J’aimerais savoir si vous prenez en charge les addictions aux jeux vidéo et ordinateur ? Mon fils de 18 ans 1/2 qui est en phase de déscolarisation est concerné par ce problème ainsi que celui de l’alcool. Nous habitons en province. Des prises en charge avec des thérapeutes ont déjà été mises en place mais il n’arrive pas à les suivre dans le temps.
    Si oui, une hospitalisation peut durer combien de temps?
    Merci pour les réponses que vous m’apporterez.
    Cordialement

    • Bonjour,

      Pour les usages problématiques liés aux écrans, nous proposons surtout un suivi en ambulatoire (consultations). Les hospitalisations pour usages de jeux vidéo sont extrêmement rares, même si parfois, cette option peut être proposée aux patients. Cependant, ce n’est jamais déconnecté d’un suivi au long cours. C’est-à-dire que l’hospitalisation est une étape dans le suivi. Ce n’est pas une fin en soi, mais un moment dans la thérapie. Par conséquent, dans le cas de votre fils, il faudrait peut-être voir avec les thérapeutes qui le suivent actuellement si cette indication est pertinente et qu’ils se mettent en relation avec nous.

      La prise en charge en addictologie étant longue, les allers-retours Paris-Province peuvent s’avérer à la longue décourageants. Peut-être essayer de poursuivre ses efforts vers des soins proches de chez lui, et privilégier la prise en charge pour ses problèmes d’alcool dans un premier temps ?

      Vous pouvez nous appeler si vous avez envie d’en parler (01 56 68 70 30). Vous pouvez aussi prendre un rendez-vous pour vous-même dans une consultation famille d’un centre de soin en addictologie (consultations gratuites),

      Bien cordialement,

      L’équipe de Marmottan

    • Bonjour,
      Nous ne prenons pas en charge les addictions à l’alcool en premier produit.
      C’est-à-dire que nous prenons en charge les personnes ayant des problèmes avec la consommation de produits illicites, et s’il y a consommation d’alcool associée, ceci est bien sûr pris en compte,
      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  31. Bonjour
    je serai interesse pour avoir une consultation en vue d une hospitalisation pour un seuvrage du cannabis quelles son les taux de non rechute si vous les connaissez ?
    Bien Cordialement

    • Bonjour,

      Une hospitalisation pour sevrage du cannabis peut effectivement être proposée. Toutefois, l’hospitalisation n’est qu’une étape au coeur d’un suivi plus global. L’hospitalisation, seule, ne suffirait pas. Avant et après, nous vous proposons un appui pour préparer votre sevrage, puis consolider votre projet. Au niveau des taux de rechute, nous ne les chiffrons pas ; par ailleurs, cette donnée n’a pas beaucoup de pertinence. Là encore, il s’agit d’un chemin au long cours. Les addictions en général sont caractérisées par une évolution variable qui comporte très fréquemment ces rechutes. Aussi il arrive très souvent qu’une même personne effectue au cours de l’évolution de sa dépendance, plusieurs voire de nombreuses cures de sevrage.

      Chaque cas étant unique, nous vous proposons de venir nous rencontrer pour en parler. Vous pouvez nous appeler au 01 56 68 70 30,

      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  32. bonjour
    Mon fils est un solitaire, sportif et intelligent, mais également accro aux jeux vidéos;

    Nous nous sommes aperçus plusieurs fois qu’il vide certaine bouteille à la maison. Lorsque l’on veut en discuter il se ferme comme une huître et nous n’arrivons pas à savoir pourquoi il fait cela même si je pense qu’il s’agit d’un mal être, du à une non réussite scolaire et professionnelle dans une époque très difficile.

    Je voudrais qu’il consulte comment faire pour le décider?

    Le médecin généraliste (connait mon fils depuis qu’il à 5 ans) peut il avoir une action ?

    Je vous remercie

    • Bonjour,
      Il est assez difficile de vous conseiller par mail, notamment si la problématique est plutôt celle de l’alcool ou des jeux vidéo ? Etes-vous sur l’ile-de-France ? Souhaitez-vous nous rencontrer pour en discuter ? Les consultations sont anonymes et gratuites. Vous pouvez prendre un rendez-vous « famille » où nous pourrons faire le point avec vous, vous conseiller, éventuellement vous proposer une orientation, en appelant le 01 56 68 70 30.
      Pour votre médecin généraliste, c’est également difficile à dire, mais si une relation de confiance est établie entre eux deux, oui cela peut sûrement être utile.
      Nous prenons contact avec vous par mail
      Bien cordialement,
      L’équipe de Marmottan

  33. Madame, Monsieur,
    Mon fils, 34 ans est actuellement hospitalisé pour une série d’examens en vue d’un bilan de santé plus complet.
    A priori bien décidé à se faire aider pour soigner ses problèmes d’addiction, je souhaiterais savoir si votre établissement disposerait d’un lit pour l’accueillir.
    Me/Nous tenant à votre disposition pour ce faire,
    Bien Cordialement,

    • Bonjour,

      Suite au message envoyé via le site web de l’hôpital Marmottan, je reviens vers vous.

      Nous avons tout à fait la place d’accueillir votre fils pour un séjour de sevrage. Par contre, il faut que nous le rencontrions avant, afin qu’il rencontre un médecin et un infirmier pour préparer son séjour. Ces entretiens préalables sont nécessaires pour soulever les implications possibles de la démarche de soin dans sa vie, de lui expliquer le plus précisément possible la façon dont son hospitalisation va se dérouler, de susciter, le cas échéant, des projets de suite et de commencer, d’ores et déjà, à faire le nécessaire pour leur réalisation.

      Pouvez-vous, ou peut-il appeler notre secrétariat au 01 56 68 70 30 afin de voir les modalités ?

      Bien cordialement,

      L’équipe de Marmottan

Répondre à C. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *