Cannabis thérapeutique : le (lent) processus expérimental de l’ANSM

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient de publier un document pour faire le point sur les travaux en cours au sujet du cannabis thérapeutique.

Cette phase reste expérimentale. Elle durera au moins 6 mois. Elle vise à évaluer le circuit de prescription et de délivrance. Il ne s’agirait pas de fumer le cannabis car le traitement prendra une forme sublinguale ou inhalée : huile et fleurs séchées pour vaporisation; formes orales: solution buvable et capsules d’huile. Le traitement ne pourra être initié que par des médecins spécialistes des indications visées (c’est-à-dire par exemple, pour commencer, dans le cas de sclérose en plaques, ou bien chez des personnes souffrant d’atteintes de la moelle épinière, paraplégiques ou tétraplégiques, ou encore contre certains effets douloureux induits par des chimiothérapies anticancéreuses.) Ces médecins doivent exercer dans des centres de référence. La participation se fera sur la base du volontariat. Les médecins doivent être formés pour pouvoir prescrire le cannabis. Enfin, l’ANSM mettra en place un registre national électronique exhaustif qui recueillera les données cliniques françaises d’efficacité et de sécurité.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cet article, émaillé de vidéos, qui explicite les indications du cannabis thérapeutique, démonte les idées reçues et présente les différentes formes de préparation, les modalités de l’expérimentation, les bons usages :

https://theconversation.com/futures-prescriptions-de-cannabis-a-visee-therapeutique-mode-demploi-118486

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *