Pour venir à Marmottan

facadePour toute personne concernée par des problèmes de produits licites ou illicites, ou d’addictions sans drogue.

L’hôpital Marmottan est situé au 17-19 rue d’Armaillé, 75017 Paris.
Métro : Charles de Gaulle Etoile
(sortie 5 : avenue Carnot)

Téléphone accueil-consultation d’addictologie : 01 56 68 70 30
Fax : 01 56 68 70 38
☎ En dehors des heures d’ouverture ou pour joindre spécifiquement l’unité d’hospitalisation : 01 56 68 70 24
(En revanche, pour toute demande d’hospitalisation, appelez le 01 56 68 70 30)
Pour joindre spécifiquement la médecine générale : 01 56 68 70 27

–> INFORMATIONS CORONAVIRUS – COVID 19 <–

En raison de l’épidémie de Coronavirus et des mesures de confinement associées, le Centre médical Marmottan assure un service minimum pour la continuité des soins des patients déjà suivis. L’accueil des nouveaux patients, ainsi que toutes les activités de groupe sont reportés jusqu’à nouvel ordre.

Nouveaux horaires provisoires :

  • lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi : 11h-17h

Une permanence téléphonique est assurée  01 56 68 70 30 (secrétariat accueil de 9H30 à 17h00), et 01 56 68 70 24 (hospitalisation après 17h et le we).

Pour les consultations de médecine générale, nous vous prions d’appeler d’abord l’accueil : 01 56 68 70 30 afin de connaître les heures de permanences des médecins généralistes.

Nous sommes désolés pour ces modifications d’horaires et d’organisation. Nous vous remercions pour votre compréhension dans cette période troublée.

Evitons au maximum les déplacements :

Privilégier les consultations par téléphone

– Privilégier la dispensation de traitements dans une pharmacie de ville près de chez vous, y compris pour les traitements de substitution (dans le cadre d’un traitement de substitution en cours et régulier dans le centre).

Prenez soins de vous et de vos proches, respectez le mieux possible les mesures de confinement.

 

Nouveau : un automate de distribution de matériel de réduction des risques

Pendant le confinement, vous pouvez vous approvisionner en matériel RDR (kits d’injection et inhalation) 7/7 j 24/24H : grâce à l’association Safe, un automate est à votre disposition à l’entrée de Marmottan (cf. photos)

[covid-19] Hydroxychloroquine (Plaquenil®) et substances psychoactives

Comme tout médicament, le Plaquenil® interagit avec d’autres substances qui peuvent potentialiser ses effets indésirables notamment au niveau cardiaque (tachycardie, fibrillation, torsades de pointe…).

En contexte COVID, et pour des raisons qui vous sont propres (préventives, curatives, …), vous cherchez à vous procurer du Plaquenil® ?

Avant d’en prendre vous devez connaitre les interactions potentielles avec les substances psychoactives…

Lire l’article sur le site du CEIP Paris (centre d’addicto-vigilance de Paris)

Hydroxychloroquine (Plaquenil®) et substances psychoactives : message à l’attention des usagers de drogues et aux patients sous traitements psychoactifs

[Tribune Fédération Addiction] Usages et Addictions en temps de confinement

Nous relayons cette tribune de la Fédération Addiction

En ces temps de confinement, la question des usages de substances se pose de façon accrue pour tout un chacun. On peut distinguer trois publics qui nécessitent chacun des postures et actions spécifiques.

Pour les personnes malades

L’addiction est un enfermement, une prison dont les personnes peinent à s’extraire alors même que leur vie en devient impossible. On a longtemps cru les aider à en les enfermant dans des hôpitaux ou des asiles mais ça n’a pas marché…

Le présent nous frappe.

Pour les millions de français dépendants de substances, légales ou non, le confinement pose avec une nouvelle acuité l’éternel problème de gérer une dépendance dans un contexte de crainte de pénurie. La réponse peut paraitre simple : il suffit d’arrêter. Cette idée, illustrée par quelques réactions s’étonnant de voir l’accès au tabac et à l’alcool préservés alors qu’il est si difficile de trouver des masques, des gels HA et parfois même des produits de première nécessité, réactive le mythe du « ce n’est qu’une histoire de volonté » et de la prohibition comme solution. Le confinement en deviendrait l’instrument, une sorte d’abstinence obligée grâce à une claustration salvatrice.

Lire la suite

Renouvellement des traitements à la pharmacie

En réponse à la crise sanitaire que nous traversons, le gouvernement a adapté le cadre de délivrance : votre pharmacien peut renouveler les traitements d’au moins 3 mois d’ancienneté par méthadone sirop, gélule et buprénorphine pour 28 jours jusqu’au 31/05 en informant le médecin. Sinon privilégiez la consultation téléphonique.

Voici le texte de loi :

Extrait de l’arrêté du 19 mars 2020

(consulter l’arrêté en intégralité)

II. – Eu égard à la situation sanitaire et par dérogation à l’article R. 5132-22, les pharmaciens d’officine peuvent renouveler, dans le cadre de la posologie initialement prévue, la délivrance des médicaments contenant des substances à propriétés hypnotiques ou anxiolytiques, à condition que ces médicaments aient été délivrés au patient depuis au moins trois mois consécutifs.
« La délivrance ne peut être assurée pour une période supérieure à 28 jours. Elle est renouvelable jusqu’au 31 mai 2020.
« Le pharmacien en informe le médecin. Il appose sur l’ordonnance le timbre de l’officine et la date de délivrance ainsi que le nombre de boîtes dispensées.
« Les médicaments délivrés en application des dispositions du présent II sont pris en charge par les organismes d’assurance maladie, dans les conditions du droit commun, sous réserve que ces médicaments soient inscrits sur la liste des spécialités remboursables prévue au premier et au deuxième alinéas de l’article L. 162-17 du code de la sécurité sociale.
« III. – Eu égard à la situation sanitaire et par dérogation à l’article R. 5132-22, dans le cas d’un traitement de substitution aux opiacés d’au moins trois mois à base de méthadone sous forme de gélules, de méthadone sous forme de sirop ou de buprénorphine comprimés, lorsque la durée de validité de la dernière ordonnance est expirée et afin d’éviter toute interruption de traitement préjudiciable à la santé du patient, les pharmacies d’officine dont l’officine est mentionnée sur la prescription peuvent, après accord du prescripteur, dispenser, dans le cadre de la posologie et des modalités de fractionnement initialement définies par le prescripteur, un nombre de boîtes par ligne d’ordonnance garantissant la poursuite du traitement.
« La délivrance peut être assurée pour une période ne pouvant excéder 28 jours, y compris pour la méthadone sous forme de sirop. Elle est renouvelable jusqu’au 31 mai 2020.
« Le pharmacien appose sur l’ordonnance le timbre de l’officine et la date de délivrance ainsi que le nombre de boîtes dispensées.
« Les médicaments délivrés en application des dispositions du présent III sont pris en charge par les organismes d’assurance maladie, dans les conditions du droit commun, sous réserve que ces médicaments soient inscrits sur la liste des spécialités remboursables prévue au premier et au deuxième alinéas de l’article L. 162-17 du code de la sécurité sociale. » ;

[SAFE] service de RDR à distance

Safe assure un service de RDR à distance : possibilité de vous faire livrer le matériel. Plus d’infos sur leur site : https://rdr-a-distance.info/

« Pendant cette période de confinement liée à l’épidémie de COVID19, le dispositif de réduction des risques à distance reste ouvert. L’équipe est mobilisée pour vous envoyer le matériel de consommation qui vous est nécessaire comme d’habitude. Le délai d’envoi par la poste peut cependant être prolongé.

Vous pouvez contacter vos équipes d’accueil en région qui assurent l’accueil habituel.
Nous restons disponibles pour vos questions : tél. : 01 40 09 04 45 – mail : contact@safe.asso.fr
https://rdr-a-distance.info/

[Talking drugs] COVID19 : réduction des risques pour les consommateurs de drogues

Ce fil twitter de nos collègues du International Network of People Who Use Drugs (Réseau International des Consommateurs de Drogues), un réseau mondial pour les droits et la santé de la communauté de consommateurs de drogues, offre des conseils pour la réduction des risques aux personnes qui consomment des drogues pendant la crise sanitaire du COVID19.

Ces conseils ont été élaborés pour informer la communauté mondiale des consommateurs de drogues sur les conseils importants de santé à mettre en pratique pendant la pandémie actuelle de COVID-19 (« coronavirus »).

Vous pouvez les lire sur le site de TALKING DRUGS.

 

JOUR J – Lancement parisien de la campagne Savoir C Guérir

C’est aujourd’hui à l’Hôpital Marmottan, centre de soins et d’accompagnement des pratiques addictives, que démarre la nouvelle expérimentation « hôpital zéro hépatite C ». Et tout ça grâce à Helene Delaquaize, médiatrice en santé publique dans cette institution et présidente de sos hépatites Ile de France.

Qu’est-ce qui va se passer
👉Une journée par mois, l’hôpital dédie un médecin et une infirmière aux côtés d’Helene Delaquaize pour sensibiliser et dépister les différents publics de l’Hopital Marmottan, qui est le premier hôpital des pratiques addictives crée par le professeur Claude Olivenstein. Trods, Fibroscan et accompagnement expert et humain sont la base de l’intervention. A terme, c’est tout un process qui sera expérimenté puis validé pour servir d’exemple et de logique à suivre dans d’autres centre médicaux.

❤️ Helene Delaquaize remercie son institution de co-porter le projet et d’arriver à cette première étape.
Cette réalisation a demandé un investissement important de CultureAngels, SOS Hépatites Ile de France, Hôpital Marmottan et le groupe hospitalier GHU Paris psychiatrie & Neurosciences.