Pour venir à Marmottan

facadePour toute personne concernée par des problèmes de produits licites ou illicites, ou d’addictions sans drogue.

L’hôpital Marmottan est situé au 17-19 rue d’Armaillé, 75017 Paris.
Métro : Charles de Gaulle Etoile
(sortie 5 : avenue Carnot)

Téléphone accueil-consultation d’addictologie : 01 56 68 70 30
Fax : 01 56 68 70 38
☎ En dehors des heures d’ouverture ou pour joindre spécifiquement l’unité d’hospitalisation : 01 56 68 70 24
(En revanche, pour toute demande d’hospitalisation, appelez le 01 56 68 70 30)
Pour joindre spécifiquement la médecine générale : 01 56 68 70 27

Pour organiser au mieux votre première venue, nous vous recommandons de prendre rdv par téléphone.

Le service d’accueil-consultation d’addictologie est ouvert au public les :
Lundi, mardi, mercredi, vendredi : de 11h à 19h
Jeudi : de 12h à 19h
Samedi : de 10h à 14h

Les soins sont anonymes, volontaires et gratuits, conformément à la loi du 31 décembre 1970.

[communiqué de presse] Réforme de la justice pénale : stop aux politiques répressives en matière de drogues !

A la veille de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi Justice qui propose d’instaurer une amende forfaitaire délictuelle pour le délit d’usages de stupéfiant, nos organisations* dénoncent, à travers la publication d’un livre blanc, les conséquences néfastes de ce projet de réforme sur la santé et les droits des personnes usagères de drogues.

Dans ce livre blanc, les organisations révèlent les failles d’une politique répressive exercée par le gouvernement, qui découle de la loi de 1970. Cette politique s’est révélée inefficace et contre-productive. En effet, la France reste depuis plusieurs années le premier pays consommateur de cannabis et le 3ème pays consommateur de cocaïne en Europe.

Lire la suite

[Festival] « Addictions à l’œuvre »

Le festival « Addiction à l’œuvre », qui propose la construction d’une histoire de cinéma autour du thème des addictions, débute son 4ème cycle. Organisé par la société de production dfilms, le festival se décline en projections mais aussi conférences, lectures, performances, publications, expositions…

Programme

Présentation par Philippe Bérard

Comme son titre l’indique « ADDICTION à l’œuvre » raconte deux histoires qui se déroulent simultanément. La première développe une histoire des addictions à travers le cinéma, la littérature, la peinture, la photo, la musique, l’art contemporain, l’architecture… La seconde raconte une passion : « l’Addiction à la représentation de l’œuvre », la vôtre, celle des artistes, celle des collectionneurs, celle du public ou celle du collectif-image.

Pour construire cette histoire de cinéma qui regarde la santé, l’éducation, la culture, le sport, la justice, nous avons d’abord proposé aux héritiers de Serge Daney, aux « ciné-fils » et aux « ciné-filles », à « ceux qui ont l’image comme première passion, le cinéma dans leur bagage culturel et l’écriture comme seconde passion », de nous aider à développer une « exposition de films » autour d’un thème qui regarde tout le monde : l’ADDICTION.

Des cinémas indépendants, des cinémathèques, des institutions ont été sollicités pour programmer des films de leurs choix, liés au sujet. En parallèle, nous avons proposé à des artistes, des conservateurs de musées, des programmateurs, des commissaires d’expositions, d’accorder cette histoire de cinéma aux autres arts.

Enfin, pour que ce « ciné-concept » représente véritablement  notre siècle, le siècle des addictions, nous avons convié des philosophes, des psychanalystes, des psychiatres, des sociologues, des addictologues, des laboratoires… à travailler ensemble

La revue Les Inrockuptibles, l’Association Clémence Isaure-Toulouse et la Fédération Addiction accompagnent cette manifestation de 2014 à 2020.

📆 Du 8 novembre 2018 au 13 janvier 2019
📍 PARIS — POITIERS — MARSEILLE

📆 De janvier à mars 2019
📍 Ajjaccio — Bastia — Corte — Porto-Vecchio

[communiqué de presse] réduction des risques a distance : stop aux inégalités régionales, pour une offre nationale !

Depuis le 1er octobre, l’association SAFE, association de Réduction des Risques liés à l’usage des drogues, a été contrainte pour la première fois depuis 29 ans, de cesser la distribution de seringues aux personnes usagères de drogues dans les régions où son action n’est plus financée. Cette suspension intervient malgré plusieurs alertes à la Direction Générale de la Santé restées sans suite, et alors que le nombre de bénéficiaires du dispositif ne cessait d’augmenter.

Cette situation est totalement inacceptable du point de vue de la santé publique et risque d’entrainer une recrudescence de nouvelles infections (VIH et hépatites).

Lire le communiqué de presse

Lire la suite

Recrutement psychologue temps plein

Etablissement : EPS MAISON BLANCHE

Chef du pôle : Dr M. BLAISE

Type de contrat : temps plein, titulaire

Disponibilité : juillet 2019

Présentation de la structure :
Le centre Marmottan est ouvert à toute personne majeure concernée par des problèmes d’usage de produits licites ou illicites ou d’autres formes de dépendances. Le centre propose un accompagnement institutionnel pluridisciplinaire médico-psycho-social basé sur le volontariat, la gratuité, l’anonymat et la réduction des risques et des dommages. Le Pôle Marmottan est constitué de quatre unités :
– une unité d’accueil-consultation (C.S.A.P.A.)
– une consultation de médecine générale
– une unité d’hospitalisation de 12 lits
– un centre de documentation/recherche/formation.

Le Centre Médical Marmottan est un pôle de l’établissement public, spécialisé en santé mentale, Maison Blanche, membre du Groupement hospitalier de Territoire pour la psychiatrie parisienne

Lieux d’exercice : Unité d’accueil-consultation et Unité d’hospitalisation. Centre médical Marmottan. 17 rue d’Armaillé. 75017 PARIS

Missions du Poste :
– Accueil, orientation et suivi des sujets souffrant d’addiction avec ou sans drogue
– Participation à des consultations plus spécifiques : Consultations addictions sans substance (Jeux d’argent, cybersexe, jeux video…) et Consultations Jeunes Consommateurs (C.J.C.)…
– Animation de Groupe de paroles
– Participation aux réunions cliniques et institutionnelles
– Rencontres et participation aux réseaux partenaires, notamment groupes d’Intervision sur les jeux d’hasard et d’argent, sur les jeux vidéo, sur l’addiction sexuelle…
– Tenue des dossiers cliniques et participation à l’élaboration du rapport d’activité
– Encadrement des stagiaires psychologues
– Intervention et participation à la conception des formations et des programmes de recherche.

Compétences et qualités requises :
– M2 de psychologie clinique
– Expérience dans l’accompagnement des joueurs de hasard et d’argent
– Intérêt pour le travail en équipe pluridisciplinaire dans une approche intégrative
– Ouverture d’esprit et intérêt pour la clinique évolutive des addictions

Candidature à adresser au Dr M. BLAISE : Mario.BLAISE ~at~ ch-maison-blanche.fr

Pour tous renseignements, vous pouvez contacter le Centre médical Marmottan : 01 56 68 70 30 (secrétariat)

Le Prix du livre RH 2018, « Se doper pour travailler », lève le tabou des usages de substances psychoactives au travail

Le 4 octobre 2018, le prix du livre RH, créé en 2000 par Syntec Recrutement, en partenariat avec le Monde et Sciences Po, a été attribué à l’ouvrage « Se doper pour travailler ». Un ouvrage collectif dont les auteurs se sont attachés à comprendre les liens complexes entre travail et consommations de produits psychoactifs, sans tabou ni a priori.

L’ouvrage met en perspective deux évolutions, la diffusion des usages de produits psychoactifs au travail dans l’ensemble des secteurs d’activité (alcool, tabac, cannabis et autres drogues illicites et médicaments psychotropes) et les récentes transformations du travail.

C’est aux organisations elles-mêmes qu’il faut s’intéresser, dans ce qu’elles contiennent parfois de nocif. L’enjeu est de remettre l’humain au centre du travail.

C’est à cette condition que peuvent être repensées les politiques et actions de prévention.

L’approche médico-juridique principalement appliquée aujourd’hui dans les entreprises ou les administrations n’est plus adaptée et suffisante.

Cet ouvrage est l’aboutissement des travaux liés aux résultats de la recherche Prevdrog-Pro, financée par la MILDECA et qui a permis l’organisation des Congrès ADDITRA de 2014 et 2017.

« Se doper pour travailler »
Renaud CRESPIN, Dominique LHUILIER, Gladys LUTZ, Coll., ERES éditions, 18 €

[article] Opioïdes: L’antidote aux overdoses Nalscue ne sera finalement pas accessible à tous en pharmacie

Un article publié dans le journal « 20 minutes » a pour sujet le Nalscue

INFO 20 MINUTES Alors que les décès par overdoses augmentent en France, cet antidote restera finalement disponible uniquement dans les centres pour usagers de drogue…

Oihana Gabriel

Résumé de l’article :

  • En janvier 2018, l’agence du médicament a délivré une autorisation de mise sur le marché en janvier 2018 du Nalscue, un spray nasal à base de naloxone, une molécule qui permet de sauver des personnes qui font une overdose.
  • Des discussions entre le laboratoire et les autorités de santé pour rendre son accès possible dans les pharmacies de ville se sont terminées mardi dernier sans accord.
  • Cet antidote est pourtant un outil de prévention fondamental, facile à utiliser et efficace, surtout face à l’augmentation des overdoses et de la dépendance aux antidouleurs.

Lire l’article en entier : https://www.20minutes.fr/sante/2344103-20180927-opioides-antidote-overdoses-nalscue-finalement-accessible-tous-pharmacie

Rapport annuel 2017

Télécharger le Rapport activité 2017

En résumé,

L’activité globale :

  • File Active totale : 2008 consultants (dont 841 nouveaux et 159 personnes de l’entourage)
  • 85 357 consultations
  • 458 patients sous TSO (243 BHD -215 Methadone)
  • 80 à 100 patients / jour à l’accueil
  • 326 hospitalisations
  • RDR : 5300 seringues et 4497 pipes à crack distribuées
  • Médecine Générale : 739 patients
  • 1015 demandes documentaires
  • 33 702 visiteurs du site Internet
  • 86 personnes formées

Même si les patients déclarent majoritairement les opiacés (30,8%) comme objet principal d’addiction, les problématiques restent très diverses. Les demandes d’accompagnement pour addiction à la cocaïne et notamment sous sa forme fumée, le crack, sont encore en augmentation.

  • Cocaïne, crack 20,3 %
  • Opiacés (Héroïne, Morphine, Codéine…) 17,6 %
  • Cannabis 17,1 %
  • Traitements de substitution détournés : 13,2 %
  • Jeux d’argent 8,9 %
  • Cybersexe 8,3 %
  • Alcool 7,4 %
  • Jeux vidéo 3,2 %
  • Cathinones, GHB, ketamine… 3 %
  • BZD et autres médicaments psychotropes 1,6 %
  • Ecstasy, amphétamines… 0,9 %

Concernant les problématiques d’addiction, quelques faits ont marqué l’année 2017 :

Chemsex, Cyberaddiction sexuelle et Addiction sexuelle

Des demandes de consultations pour cyberaddiction sexuelle, utilisation excessive des réseaux de rencontres, addictions sexuelles ou prises de produits dans des contextes sexuels (Chemsex) sont de plus en plus associées et viennent questionner les frontières entre addictions avec produits et addictions comportementales. L’usage de nouveaux produits de synthèse (N.P.S. : cathinones, phényléthylamines, etc.), substances stimulantes et hallucinogènes achetées via internet a pris de l’ampleur dans la communauté gay notamment dans des contextes de sex party, et ont tendance à diffuser plus largement au sein de la population. L’utilisation de produits comme la cocaïne ou le GHB dans des contextes sexuels (Chemsex) est aussi courante et motif de consultation.

Le centre Marmottan propose pour les chemsexeurs ou cyberaddict-sexuels des consultations avec une sexothérapeute. Ils peuvent également avoir accès à des consultations avec un psychiatre ou une psychologue et à une hospitalisation rapide si nécessaire.

Passage sous ordonnance des Médicaments contenant de la codéine à partir de juillet 2017

    • Suite à plusieurs overdoses liées à la consommation de codéine chez des adolescents, un arrêté à effet immédiat a inscrit le 12 juillet 2017, tous les médicaments contenant de la codéine, du dextrométhorphane, de l’éthylmorphine ou de la noscapine sur la liste des médicaments disponibles sur ordonnance. Depuis, il n’est plus possible d’obtenir un médicament à base de codéine ou d’un de ces principes actifs sans prescription médicale. De même la vente de ces médicaments sur les sites Internet des pharmacies n’est plus possible.
    • Cette décision rapide, pendant l’été, a entraîné un nombre conséquent d’appels et de demandes de consultations. En 2017, une quarantaine de patients ont consulté spécifiquement pour une utilisation problématique de codéine, médicament utilisé en automédication souvent depuis longtemps. Nous avons selon les situations et les demandes des usagers proposé soit une substitution par Buprénorphine Haut Dosage essentiellement, soit d’accompagner un sevrage en ambulatoire voire en hospitalisation. Dans un ou deux cas seulement, nous avons prescrit de la codéine ou validé une prescription d’un médecin généraliste.

Dates du prochain groupe de paroles « parents »

Ce groupe de parole à destination de l’entourage est ouvert aux familles des jeunes, quel que soit l’objet d’addiction (cannabis, cocaïne, jeux d’argent, jeux vidéo…).

Une fois par mois, généralement le premier mercredi du mois, nous vous proposons une rencontre avec deux soignants de notre équipe.

L’objectif est de partager et d’échanger ses expériences, d’obtenir des informations et du soutien, mais sans entrer dans l’individualité des prises en charge.

Après la présentation des participants et de leur situation, nous proposons un second tour de parole autour d’un thème convenu lors de la séance précédente.
Exemples de thèmes précédents : la déception, les autorités.

Ces réunions sont anonymes et gratuites.

Inscription auprès du secrétariat de Marmottan : 01 56 68 70 30.

Prochaines dates :

mercredi 10 octobre 2018, 17h (thème : prendre soin)

mercredi 7 novembre 2018, 17h

(précédents thèmes : motivation, grandir, la rentrée)

à l’hôpital Marmottan, 17 rue d’armaillé, 75017 Paris